dépêche

 - 

Un extrait de brocolis protège la peau des lésions des rayons UV responsables du cancer

WASHINGTON, 23 octobre 2007 (APM) - Un extrait de brocolis appliqué sur la peau protège cette dernière contre les effets délétères des rayons UV, le principal facteur environnemental responsable de cancers, montre une petite étude préliminaire chez l'homme.
L'augmentation en flèche récente de l'incidence des cancers de la peau non mélaniques est largement attribuable à une exposition plus importante d'une population vieillissante aux rayons UV, d'où la nécessité de trouver une protection intrinsèque de la peau, pour contrer les dommages à l'intérieur même des cellules, soulignent les auteurs.
Identifié il y a 15 ans, le sulforaphane, présent dans les brocolis, prévient le développement tumoral chez des animaux traités avec des produits chimiques cancérigènes, rappellent Paul Talalay et ses collègues de la Johns Hopkins University à Baltimore (Maryland).
Après avoir établi l'effet protecteur de l'application topique de sulforaphane chez la souris contre l'inflammation et l'oedème induits par les UV, ils l'ont testé chez six volontaires sains âgés de 28 à 53 ans.
L'application de sulforaphane a induit une réduction moyenne de 37,7% de l'érythème induit par l'exposition à des doses d'UV allant de 300 à 800 mJ/cm2. Cette protection était durable puisqu'elle était présente même trois jours après l'application de l'extrait.
Elle variait en revanche considérablement en fonction des individus, allant de 8% à 78%, probablement à cause de différences génétiques entre individus, de différences locales au niveau de la peau, ou de différences d'habitudes alimentaires notamment, selon les auteurs.
Leurs résultats suggèrent en outre que le degré de protection est indépendant de la dose d'UV reçue et que cette protection n'est pas due au blocage de l'absorption des rayons UV comme le font les écrans solaires. D'ailleurs, les écrans solaires n'avaient qu'un effet protecteur minime (3,5%) contre les doses d'UV testées 24 heures après la dernière application.
"Cette protection est complète, catalytique et durable et offre la promesse d'une application clinique facile", concluent les auteurs.
(Pnas, publication électronique avancée du 22 octobre)
/cd/san/APM

[CDKJM003]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi