dépêche

 - 

Mucoviscidose: la vitamine D pourrait prévenir les réactions allergiques aux moisissures

WASHINGTON, 30 août 2010 (APM) - La vitamine D pourrait permettre de traiter, voire de prévenir l'allergie à Aspergillus fumigatus à l'origine de complications sévères chez les patients atteints de mucoviscidose et d'asthme, selon une étude parue dans le Journal of Clinical Investigation.
Aspergillus fumigatus provoque chez 4% à 15% des patients atteints de mucoviscidose une aspergillose bronchopulmonaire allergique (ABPA), via une réponse immune de type Th2.
Mais tous les porteurs d'Aspergillus ne développent pas d'ABPA, rappellent James Kreindler de l'hôpital pour enfants de Pittsburgh (Pennsylvanie) et ses collègues.
Afin de déterminer les facteurs influençant la tolérance ou la sensibilisation vis-à-vis d'Aspergillus, les chercheurs ont comparé des patients colonisés par la moisissure et présentant ou non une ABPA.
Ils ont confirmé qu'une augmentation de la réactivité Th2 était retrouvée chez les patients présentant une ABPA et ont montré que celle-ci était corrélée à de plus faibles taux de vitamine D.
Le ligand OX40 des lymphocytes T périphériques de type CD4+ jouerait un rôle critique dans cette réponse Th2.
A l'inverse, les patients sans ABPA présentaient un plus grand nombre de lymphocytes T régulateurs exprimant le TGF-bêta.
Les patients atteints de mucoviscidose étant susceptibles de présenter un déficit en vitamine D et la vitamine D ayant été impliquée dans le développement des cellules T régulatrices, les auteurs ont testé l'effet, in vitro, de l'addition de 1,25 OH-vitamine D3.
Ils ont montré parallèlement que les patients avec ABPA présentaient des taux de vitamine D significativement inférieurs aux patients sans ABPA. Le déficit en vitamine D représenterait ainsi un facteur de risque d'ABPA.
L'addition de la vitamine D a par ailleurs permis de supprimer la réponse Th2. Cet effet semble passer par les cellules dendritiques.
Après ajout de vitamine D, l'expression du ligand par les cellules dendritiques était diminuée tandis que celle du TGF-bêta était augmentée.
Ces données justifient de conduire un essai thérapeutique sur la vitamine D en prévention ou en traitement de l'ABPA chez des patients atteints de mucoviscidose, concluent les auteurs.
(Journal of Clinical Investigation, publication en ligne)
/arg/sl/ab/APM

[ARNHR003]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi