dépêche

 - 

La mortalité par suicide plus que décuplée chez les femmes atteintes de fibromyalgie

WASHINGTON, 18 octobre 2010 (APM) - Les femmes souffrant de fibromyalgie ont 10,5 fois plus de risques de mourir par suicide que la population générale, selon une étude danoise publiée dans Arthritis and Rheumatism.
D'une prévalence de 1% à 2% dans la population, ce syndrome de prédominance féminine a été associé à une surmortalité liée à certaines causes, notamment infectieuse, accidentelle et cancéreuse. Mais la fibromyalgie n'avait pas été confirmée d'un point de vue clinique lors de ces travaux, rappellent Lene Dreyer, de l'hôpital universitaire de Copenhague, et ses collègues.
Dans l'étude qu'ils ont menée sur 1.353 patients -dont 88% de diagnostic jugé certain- comparés à un registre national de mortalité, les chercheurs mettent en évidence une forte surincidence de mort par suicide chez les femmes.
Cette incidence était multipliée par 10,5 par rapport à la population générale, sans différence majeure selon le temps écoulé depuis le diagnostic, même au cours de la première année. Les chiffres étaient similaires selon que la femme ait plus ou moins de 50 ans.
"Aucune des patientes décédée d'un suicide ne s'était vue rapporter d'antécédent médical de dépression ou d'autre maladie psychiatrique lors du diagnostic de fibromyalgie", relèvent les chercheurs, qui proposent de mieux dépister tout trouble ou envie suicidaire chez ces personnes.
Selon eux, ce phénomène suicidaire s'expliquerait par la surcharge de fatigue et de douleur, et un sommeil insuffisamment réparateur.
SURINCIDENCE DE MALADIES CEREBROVASCULAIRES
Parmi les autres causes de décès examinées, les chercheurs ont relevé chez les femmes une surincidence statistiquement significative des maladies cérébrovasculaires et des cirrhoses hépatiques, avec des incidences respectives multipliées par 3,1 et 6,4.
Selon les auteurs, cette tendance s'expliquerait par une fréquence élevée des facteurs de risque standard, dont l'obésité, le tabagisme et l'hypertension. Ils ne disposaient en revanche pas de données sur la consommation d'alcool.
Toutes causes confondues, les femmes atteintes de fibromyalgie ne présentaient pas de surincidence de mortalité par rapport à la population générale. Une hausse de 90% a toutefois été notée chez les femmes diagnostiquées depuis plus de cinq ans.
Le nombre d'hommes inclus (84 dont 7 décès, aucun par suicide) était trop faible pour que les chercheurs puissent se prononcer sur leurs causes de décès.
(Arthritis and Rheumatism, vol.62, n°10, p3101-3108)
/rl/eh/APM

[RLNJF002]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi