dépêche

 - 

L'incidence des mélanomes cutanés est toujours en augmentation

SAINT-MAURICE (Val-de-Marne), 27 février 2012 (APM) - L'incidence des mélanomes cutanés infiltrants est toujours en augmentation en France, selon des données publiées lundi par l'Institut de veille sanitaire (InVS) qui justifient une intensification des mesures de prévention.
En France, le mélanome cutané se situe au huitième rang des cancers chez la femme et au 12ème rang chez l'homme, avec respectivement environ 4.100 et 3.300 nouveaux cas estimés par an. La gravité de cette tumeur maligne est liée à sa forte capacité à métastaser, mettant en jeu le pronostic vital du patient si la lésion n'est pas détectée précocement.
C'est la première fois en France que l'InVS et les registres de cancer publient un rapport sur l'évolution de l'incidence observée des mélanomes cutanés infiltrants selon leurs caractéristiques histopronostiques pour la période 1998-2005.
Sur cette période, 8.128 mélanomes cutanés infiltrants ont été dénombrés dans 11 départements ayant un registre du cancer du réseau Francim (Bas-Rhin, Calvados, Doubs, Haut-Rhin, Hérault, Isère, Loire-Atlantique, Manche, Somme, Tarn et Vendée) couvrant environ 14% de la population française métropolitaine, rapportent Anne Thuret de l'InVS et ses collègues.
Entre 1998 et 2005, le taux d'incidence a augmenté de 6,6 à 9,2 pour 100.000 personnes-années chez les hommes et de 7,9 à 10,1 chez les femmes. Cette augmentation est plus marquée chez les hommes que chez les femmes avec un taux de variation annuel moyen (TVAM) de 3,7% versus 2,3%, respectivement.
Plus de la moitié des cas, tant chez les hommes que chez les femmes, correspondent au mélanome superficiel extensif dont le pronostic est le plus favorable. Pendant la période d'étude, cette forme a augmenté pour les deux sexes (TVAM de +3,4% pour les hommes et +3,3% pour les femmes) alors que seuls les hommes enregistraient une hausse pour les mélanomes de Dubreuilh (une forme à croissance lente) et ceux dits "inclassés".
L'incidence des mélanomes dont l'indice de Breslow est inférieur à 1 mm (mélanomes de bon pronostic diagnostiqués précocement) augmente à la fois chez l'homme (+6,6%) et chez la femme (+6,8%).
Parallèlement, l'incidence des mélanomes dont l'épaisseur n'est pas précisée a diminué (-7,1% et -13,1%), ce qui rend difficile l'interprétation de ces résultats dans le sens des effets positifs du dépistage et du diagnostic précoce.
"Le renforcement depuis plusieurs années de l'enregistrement des caractéristiques histopronostiques par les registres de cancer permettra à l'avenir de mieux analyser les évolutions et de juger de l'efficacité des mesures préventives", note l'InVS.
Par ailleurs, la non-diminution des lésions épaisses (indice de Breslow supérieur à 1 mm) observée dans cette étude et constatée dans des études internationales, pourrait être due à la difficulté d'adhésion d'une proportion de la population aux messages de prévention ou encore à la présence précoce d'une lésion physiologiquement plus agressive (mélanome nodulaire).
L'augmentation de l'incidence du mélanome cutané en France, mesurée depuis 1980, la gravité de ce cancer en cas de découverte tardive et l'identification de facteurs de risque sur lesquels il est possible d'agir convergent fortement vers la nécessité d'intensifier les mesures de prévention primaire (éviter l'exposition aux rayonnements ultra-violets) et secondaire (dépistage) qui sont essentiellement individuelles, indique l'InVS.
La mesure des bénéfices des campagnes de prévention primaire ne pourra toutefois s'observer en termes d'indicateurs épidémiologiques que dans plusieurs années.
JOURNEE DE PREVENTION ET DE DEPISTAGE LE 24 MAI
La journée annuelle de prévention et de dépistage des cancers de la peau, organisée par le Syndicat national des dermatologues et vénéréologues (SNDV), aura lieu le jeudi 24 mai. Les dermatologues proposeront des consultations gratuites et anonymes.
Un numéro vert, le 3015 (appel gratuit depuis un poste fixe), mis en place par Maaf Assurances, partenaire de l'opération, permettra à tous d'obtenir les coordonnées des centres de dépistage les plus proches. Elles seront également accessibles sur le site du syndicat (www.dermatos.fr) ainsi que par le biais de l'application "SoleilRisk" pour iPhone* et smartphones utilisant Android*, a annoncé le SNDV dans un communiqué.
/sl/ab/APM

[SLPBR002]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi