dépêche

 - 

De nouveaux critères de classification pour la pseudopolyarthrite rhizomélique

ATLANTA, 5 mars 2012 (APM) - L'American College of Rheumatology (ACR) et l'European League Against Rheumatism (Eular) ont publié de nouveaux critères de classification pour la pseudopolyarthrite rhizomélique (PPR) afin d'aider les cliniciens à identifier les patients atteints de cette maladie rhumatismale inflammatoire qui touche avant tout les personnes âgées.
La PPR est une cause assez fréquente de douleurs diffuses et de raideur après 50 ans. Elle peut être difficile à diagnostiquer car elle entraîne rarement des articulations gonflées ou autres anomalies à l'examen physique. La douleur est surtout localisée autour des épaules et des hanches et la maladie peut survenir sans autre affection rhumatismale.
Les critères pour la reconnaître n'étaient pas bien définis jusqu'à présent.
Les nouveaux critères provisoires de classification, qui ne sont pas destinés à poser un diagnostic mais plus à ouvrir la voie à des essais cliniques, ont été adoptés par l'ACR et l'Eular.
Ils ont été établis en comparant de manière prospective 169 patients ayant des symptômes de PPR causés par différentes maladies dont la polyarthrite rhumatoïde ou d'autres affections touchant les épaules et les hanches, et 125 patients ayant une PPR suspectée. Ils ont été suivis pendant six mois pour confirmer le diagnostic de PPR, indique le Dr Eric Matteson de la Mayo Clinic à Rochester (Minnesota) qui a coordonné le travail.
Des personnes de 50 ans et plus peuvent être considérées comme atteintes d'une PPR si elles réunissent l'ensemble des critères suivants:
  • douleur à l'épaule des deux côtés
  • raideur matinale qui dure au moins 45 minutes
  • niveaux élevés d'inflammation mesurés par la protéine C-réactive dans le sang et le taux de sédimentation des érythrocytes
  • une nouvelle douleur à la hanche
  • absence d'oedème dans les petites articulations des mains et des pieds et absence de tests sanguins positifs pour la polyarthrite rhumatoïde.
Avec l'échographie, un score de cinq et plus (des points étaient distribués selon les critères) a une sensibilité de 66% et une spécificité de 81%.
Cette nouvelle classification peut servir pour former des groupes homogènes de patients pour les essais cliniques qui évalueront les nouveaux traitements. Actuellement, ils reposent sur des corticoïdes à faible dose comme la prednisone.
(Arthritis & Rheumatism, publication en ligne du 2 mars)
/sl/eh/APM

[SLPC2005]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi