dépêche

 - 

Un antibiotique réhabilité contre les infections entéro-hémorragiques à E. coli

PARIS, 15 mars 2012 (APM) - Une étude allemande publiée mercredi dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) a réhabilité l'utilisation d'un antibiotique contre les infections entéro-hémorragiques à Escherichia coli O104:H4.
L'Allemagne et une partie de la France (région de Bordeaux) ont été touchées en 2011 par des épisodes importants d'infections entéro-hémorragiques à E. coli O104:H4 liées à la consommation de graines germées. La souche épidémique était productrice de bêta-lactamase à spectre étendu et présentait des facteurs de virulence à la fois d'E. coli entéro-hémorragique et d'E. coli entéro-aggrégative, rappelle-t-on.
Le traitement antibiotique est controversé pour les infections à E. coli produisant des shiga-toxines. La plupart des recommandations dissuadent son recours pour éviter l'induction de l'expression des shiga-toxines et ainsi le risque potentiel de développer un syndrome hémolytique et urémique, rappellent Martin Nitschke, de l'hôpital universitaire de Schleswig-Holstein à Lübeck, et ses collègues.
Cependant, le traitement antibiotique est une option largement acceptée pour le traitement de la turista provoquée par des E. coli entéro-aggrégatives et l'azithromycine constitue l'un des antibiotiques de choix. L'azithromycine est également recommandée en traitement préventif pendant deux semaines en complément de la vaccination anti-méningococcique en cas de recours à l'éculizumab (Soliris*, Alexion) car cet anticorps monoclonal augmente le risque d'infection à méningocoque, ajoutent les chercheurs.
L'éculizumab a été administré en Allemagne et en France (en compassionnel) lors de l'épidémie à E. coli O104:H4 chez des patients atteints de syndrome hémolytique et urémique, rappelle-t-on (cf dépêche du 01/09/2011 à 18:45).
L'étude allemande publiée dans le JAMA a inclus 65 patients infectés par E. coli O104:H4 avec ou sans syndrome hémolytique et urémique.
Parmi ces patients, 22 patients atteints d'un syndrome hémolytique et urémique ont reçu deux semaines de traitement prophylactique par azithromycine en plus de leur traitement par éculizumab. Ces patients ont été comparés à 43 autres n'ayant pas reçu de traitement prophylactique par azithromycine, dont 28 sans syndrome hémolytique et urémique et 15 avec un syndrome hémolytique et urémique qui s'est amélioré cliniquement sans traitement par éculizumab.
L'étude a montré que le traitement par azithromycine était associé à un plus faible taux de portage à long terme (plus de 28 jours) d'E. coli O104:H4, avec une valeur de 4,5% contre 81,4% pour les patients non traités par l'antibiotique.
Les chercheurs soulignent qu'ils n'ont observé dans leur étude aucune preuve que l'azithromycine agravait les symptômes locaux ou systémiques de patients atteints d'un syndrome hémolytique et urémique sévère.
(JAMA, 14 mars, vol.307, n°10, p1046-1052)
/vdb/so/APM

[VBPCF001]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi