dépêche

 - 

Un biomarqueur associé à la réponse au pazopanib dans le cancer de la vessie

CHICAGO, 2 avril 2012 (APM) - L'anti-angiogénique pazopanib (Votrient*, GSK) est actif dans le cancer urothélial réfractaire et un biomarqueur associé à la réponse a été identifié, selon des travaux présentés au congrès annuel de l'American Association for Cancer Research (AACR) qui se tient à Chicago jusqu'à mercredi.
Le Dr Andrea Necchi de l'Institut national des tumeurs à Turin a rapporté des données d'un essai de phase II "preuve du concept" qui identifient le pazopanib comme le premier agent ciblé à avoir une activité cliniquement significative chez des patients ayant un cancer urothélial réfractaire.
Dans cette étude financée par l'institut italien avec une subvention de GlaxoSmithKline, 41 patients en rechute ou en progression ont été traités par le pazopanib à la dose de 800 mg une fois par jour. Ils avaient tous déjà reçu au moins un régime de chimiothérapie pour leur maladie métastatique.
Sept d'entre eux ont eu une réponse partielle et 24 une stabilisation, soit un bénéfice clinique de 76%.
La médiane de la survie sans progression était de 2,6 mois et celle de la survie globale de 4,7 mois. Mais 10% des patients ont eu une rémission à long terme avec un suivi médian de 19 mois.
En recherchant des biomarqueurs, le Dr Necchi et ses collègues ont trouvé qu'une élévation précoce des taux d'interleukine-8 (IL-8), c'est-à-dire après quatre semaines de pazopanib, était associée à une progression tumorale et à une moins bonne survie globale.
Il semble intéressant de cibler l'IL-8 pour améliorer les résultats d'efficacité en prolongeant les réponses, notent les chercheurs.
Votrient* est déjà indiqué dans le traitement du cancer du rein avancé.
/sl/ab/APM

[SLPD2003]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi