dépêche

 - 

L'anti-acnéique isotrétinoïne associé à des effets indésirables oculaires

WASHINGTON, 17 avril 2012 (APM) - Le médicament contre l'acné isotrétinoïne peut provoquer des effets indésirables oculaires à court terme, comme des conjonctivites, des orgelets, des chalazions ou des blépharites, confirme une étude israélienne à paraître dans Archives of Dermatology.
Des cas d'effets indésirables oculaires divers avec l'isotrétinoïne ont déjà été rapportés dans la littérature. Il existe également quelques données prospectives mais sur des cohortes de petite taille, rappellent le Dr Meira Neudorfer du Centre médical de Tel Aviv et ses collègues.
Afin de confirmer ces effets indésirables, ils ont conduit une étude rétrospective sur une large population non sélectionnée d'utilisateurs d'isotrétinoïne, soit 14.682 adolescents et jeunes adultes se faisant prescrire pour la première fois l'anti-acnéique entre 2000 et 2007.
Les chercheurs ont examiné les effets indésirables oculaires dans l'année suivant la première dispensation d'isotrétinoïne par rapport à deux groupes contrôles appariés pour l'âge et le sexe, le premier avec des patients acnéiques non traités par isotrétinoïne et le second avec des personnes sans acné.
Au total, des effets indésirables oculaires ont été relevés chez 13,8% des patients s'étant fait prescrire de l'isotrétinoïne, contre 9,6% chez les patients acnéiques contrôles et 7,1% chez les non-acnéiques.
Les plus fréquemment observés étaient des conjonctivites chez respectivement 4%, 2,4% et 1,9% des patients, des orgelets (1,4% vs 0,2% vs 0,2%), des chalazions (1,4% vs 0,3% vs 0,2%), des blépharites (1% vs 0,2% vs 0,2%), des douleurs oculaires (0,3% vs 0,2% vs 0,1%) et une sécheresse oculaire (0,7% vs 0,2% vs 0,1%).
L'analyse des données, après ajustement pour les facteurs potentiels de confusion, montre que le risque d'effets indésirables oculaires était significativement augmenté au plan statistique dans l'année suivant un traitement par isotrétinoïne, de 70% par rapport aux personnes sans acné.
Le risque d'effets indésirables oculaires inflammatoires en particulier était multiplié par 2,3 et le risque d'effets indésirables structurels par 2,1.
Ces résultats mettent en évidence une forte association entre l'isotrétinoïne et le développement d'effets indésirables oculaires cliniquement significatifs, avec un pic après quatre mois de traitement, concluent les chercheurs.
Ces effets indésirables pourraient être liés à un effet biologique connu de l'isotrétinoïne sur les glandes de Meibomius, des glandes sébacées situées dans l'épiderme des paupières, notent-ils.
Ils suggèrent que les médecins généralistes et les dermatologues prescrivent des lubrifiants oculaires en même temps que l'isotrétinoïne ainsi qu'une consultation ophtalmologique environ quatre mois après le début du traitement.
(Archives of Dermatology, édition en ligne du 16 avril)
/ld/ab/APM

[LDPDD006]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi