dépêche

 - 

Un essai clinique de thérapie cellulaire contre l'arthrose lancé en France et en Allemagne

MONTPELLIER, 9 octobre 2012 (APM) - Un essai clinique de thérapie cellulaire contre l'arthrose, financé par la Commission européenne, susceptible de déboucher sur le tout premier traitement de fond de la maladie, a débuté en France et en Allemagne, a-t-on appris mardi auprès du coordonnateur du projet.
Le programme ADIPOA, doté de 12 millions d'euros sur quatre ans par la Commission européenne au sein de son septième programme cadre de recherche et développement (PCRD), a pour but de développer une thérapie régénérative contre l'arthrose.
Il s'agit d'extraire des cellules souches mésenchymateuses du tissu adipeux des patients et de les leur réinjecter, après les avoir préalablement traitées, dans l'articulation atteinte, a expliqué mardi le Pr Christian Jorgensen (CHU de Montpellier) lors d'un entretien à l'APM.
"Ces cellules souches adipocytaires possèdent de formidables capacités de sécrétion de facteurs de croissance et de stimulation des cellules souches endogènes du cartilage qui permettent la régénération des chondrocytes", est-il expliqué dans un dossier de presse diffusé mardi.
Le projet a débuté il y a deux ans, avec les études de validation de ce concept chez l'animal, où ont été mis en évidence non seulement un effet anti-inflammatoire mais aussi de régénération du tissu lui-même, a indiqué le Pr Jorgensen. Aucune toxicité n'a été constatée et la biodistribution était bonne.
Un essai clinique de phase I a donc pu être lancé cet été, après avoir obtenu les autorisations nécessaires en France et en Allemagne, le CHU de Montpellier en étant le promoteur. Cet essai de sécurité et de recherche de dose inclura 18 patients (à Montpellier et à l'université de Würzburg) et durera jusqu'à fin 2013, a précisé le chercheur.
"Trois patients ont déjà été inclus et la première patiente a été injectée", a-t-il ajouté. Pour le volet français, la partie clinique se déroule à Montpellier et le site de production est à l'Etablissement français du sang (EFS) de Toulouse, a-t-il fait savoir.
Le Pr Jorgensen coordonne également la nouvelle plateforme nationale de production cellulaire à usage clinique, Ecell France, financée à hauteur de 12 millions d'euros par le ministère et l'Agence nationale de la recherche (ANR), qui est en cours de mise en oeuvre. "Nous avons eu la réponse positive [pour le financement] cet été et les fonds sont arrivés", a-t-il indiqué.
Cette plateforme de thérapies basées sur les cellules souches adultes servira aussi à d'autres maladies (neurodégénératives, cardiovasculaires, immunologiques, en dermatologie et brûlures). Elle mobilise 150 chercheurs dans cinq unités de recherche Inserm/CNRS/universités/CHU.
Une demande de financement par la Commission européenne a d'ores-et-déjà été déposée pour la suite du programme ADIPOA, une phase II d'efficacité, intitulée ADIPOSTEM, prévue à partir de 2014, a souligné le chercheur. Elle devrait inclure 86 patients en France, en Allemagne et en Italie.
Le projet ADIPOA regroupe une dizaine de centres de recherche académiques et deux PME issus de sept pays (France, Allemagne, Irlande, Italie, Pays-Bas, Lituanie, Israël), représentant plus de 200 chercheurs.
Il n'existe actuellement aucun traitement de fond capable de faire reculer anatomiquement l'arthrose. La maladie touche 7 millions de personnes en France et plus de 58 millions en Europe, est-il rappelé dans le dossier de presse.
/cd/ab/APM

[CDPJ9002]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi