dépêche

 - 

La prostatectomie robotisée associée à plus de lésions oculaires peropératoires

WASHINGTON, 16 octobre 2012 (APM) - La prostatectomie assistée par robot est associée à un plus grand risque de lésions oculaires peropératoires, montre une étude américaine présentée mardi au congrès Anesthesiology 2012 à Washington.
Des lésions oculaires peropératoires, associées à des interventions chirurgicales non ophtalmologiques, ont été caractérisées dans différents types d'intervention, mais pas avec la prostatectomie, rappellent Ajay Sampat de l'université de Chicago et ses collègues.
Des rapports anecdotiques ont néanmoins suggéré que cette complication survenait après chirurgie de la prostate, et plus particulièrement lorsqu'elle est assistée par robot, probablement en raison de la durée de l'intervention ou de la position du patient (en décubitus déclive, les membres inférieurs étant placés plus haut que la tête).
Ils ont comparé au sein d'une cohorte nationale de 136.711 patients ayant subi une prostatectomie radicale sur une période de 10 ans, l'incidence des lésions oculaires postopératoires avec la chirurgie ouverte et la chirurgie assistée par robot.
Lors de la dernière année d'évaluation, 2009, au cours de laquelle 15.614 prostatectomies radicales ont été réalisées, dont 60,3% avec robot, l'incidence des lésions oculaires postopératoires était significativement augmentée avec la chirurgie robotisée. L'odds ratio était de 2,9 par rapport à la chirurgie ouverte, rapportent les chercheurs dans le résumé de leur communication.
En particulier, le taux d'abrasion de la cornée était de 0,40% avec robot contre 0,15% sans robot, soit un odds ratio de 2,8.
Les auteurs notent qu'au cours des 10 années de l'analyse, une tendance globale à l'augmentation des lésions oculaires postopératoires est observée lors des prostatectomies radicales, par rapport à un autre type de chirurgie contrôle. Entre 2000 et 2009, le taux de lésions oculaires postopératoires lors de prostatectomies radicales est passé de 0,07% à 0,42%.
"Cela correspond à la période pendant laquelle l'approche robotique est devenue la méthode prédominante de réalisation des prostatectomies radicales", soulignent-ils.
"Les cliniciens devraient être vigilants et des méthodes devraient être développées pour réduire l'incidence de ces lésions oculaires", estiment-ils.
/cd/ab/APM

[CDPJG003]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi