dépêche

 - 

Boehringer Ingelheim prévoit de retrouver la croissance en 2015

INGELHEIM (Allemagne), 22 avril 2015 (APM) - Le groupe Boehringer Ingelheim a annoncé mercredi, à l'occasion de la présentation de ses résultats annuels 2014, qu'il tablait sur "une progression modérée" de son chiffre d'affaires en 2015 "malgré un environnement de marché difficile".
En 2014, le chiffre d'affaires a reculé de 5,3% à 13,3 milliards d'euros. A taux de change constants, la baisse s'est limitée à 3,2%. En 2013, il avait cédé 4% en données publiées mais avait progressé de 1,4% à taux de change constants.
Le groupe allemand avait prévenu en août 2014 qu'il prévoyait un recul son chiffre d'affaires compris entre 0% et 5% (à taux de change constants) pour l'ensemble de l'exercice après avoir tablé sur une stabilité de ses ventes en avril 2014 (cf dépêche du 11/08/2014 à 18:12).
"Compte tenu des nombreuses mutations survenant au sein des systèmes de santé, le secteur pharmaceutique ne devrait pas présenter un potentiel de croissance important", a expliqué le président du directoire, Andreas Barner, lors de la conférence de presse de présentation des résultats.
"Après une année 2014 riche en défis, nous nous concentrons maintenant sur le lancement de nombreux nouveaux produits ainsi que sur une croissance rentable de notre groupe", a-t-il ajouté.
Le groupe allemand souligne qu'entre 2014 et 2015 il n'aura jamais lancé autant de nouveaux produits en si peu de temps dans son histoire.
Il cite les lancements déjà réalisés au moins dans certains pays de Striverdi* Respimat* (olodatérol) dans la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), des antidiabétiques Jardiance* (empagliflozine) et Glyxambi* (empagliflozine + linagliptine), et les médicaments à base de nintédanib, Ofev* dans la fibrose pulmonaire idiopathique et Vargatef* dans le cancer du poumon.
En 2014, le résultat opérationnel a atteint 2,14 milliards d'euros, en hausse de 1,2%. La rentabilité opérationnelle ressort à 16,1%, contre 15% en 2013.
Pour 2015, Andreas Barner a promis "une année satisfaisante" en matière de rentabilité opérationnelle mais s'est refusé à fixer un objectif, y compris à moyen terme.
Le résultat après impôts a chuté de 20,9% à 1,05 milliard en raison d'un résultat financier négatif à hauteur de 416 millions (-151 millions en 2013) lié à des provisions pour les retraites des salariés allemands du groupe.
Les dépenses de R&D ont atteint 2,65 milliards d'euros, soit une baisse 3%.
Boehringer Ingelheim, groupe non coté, ne détaille pas dans ses résultats annuels ses dépenses commerciales et marketing, note-t-on.
Il se contente d'indiquer que, globalement, les dépenses de matériels pour la production ont progressé de 2% à 1,94 milliard d'euros et celles de personnel de 1% à 4,12 milliards. En revanche, les amortissements ont reculé de 26% à 551 millions et "les autres dépenses opérationnelles" de 7% à 5,90 milliards.
Le groupe a annoncé en septembre 2014 le lancement d'un plan de réduction de 15% de ses coûts en Allemagne, rappelle-t-on (cf dépêche du 23/09/2014 à 19:03).
"Le secteur pharmaceutique a assisté en 2014 à une mutation rapide de l'environnement de marché, notamment aux Etats-Unis. Cette évolution est due entre autres au renforcement de la réglementation, qui a entraîné une augmentation de la pression exercée sur les activités pharmaceutiques", a expliqué le groupe allemand dans un communiqué accompagnant ses résultats annuels.
"Nous avons réagi de manière rapide et efficace aux mutations de l'environnement de marché en portant une attention accrue à la maîtrise de nos coûts", a commenté le directeur financier, Hubertus von Baumbach.
RECUL DU CHIFFRE D'AFFAIRES DE SPIRIVA*
Le chiffre d'affaires des médicaments de prescription (76% des activités du groupe) a chuté de 7,3% à 10,1 milliards d'euros, notamment entraîné par une baisse de 8% à 3,24 milliards pour le traitement de la BPCO Spiriva* (tiotropium).
Andreas Barner a expliqué que le volume des ventes du principal médicament du groupe était resté stable, impliquant que le recul de son chiffre d'affaires tient à des baisses de prix et des effets de change.
Il a exprimé sa confiance sur l'absence de commercialisation d'un générique dans les prochaines années, mettant en avant la "complexité" de développement et de production du médicament.
Les antidiabétiques à base de linagliptine Trajenta* et Jentadueto* (avec de la metformine) ont bondi de 37% à 636 millions d'euros.
L'anticoagulant Pradaxa* (dabigatran) a progressé de seulement 1,6% à 1,2 milliard d'euros. Le président du directoire a reconnu que cette performance était décevante et a dit espérer une croissance plus forte dans les années à venir, assise sur les données obtenues en vie réelle et l'approbation -en cours d'évaluation en Europe et aux Etats-Unis, d'une antidote, l'idarucizumab.
Boehringer Ingelheim a été confronté à des poursuites aux Etats-Unis sur Pradaxa* qui l'ont finalement amené à trouver un accord en-dehors des tribunaux, rappelle-t-on (cf dépêche du 28/05/2014 à 17:09).
L'activité de médication familiale (11% des activités du groupe) a reculé de 2,5% à 1,4 milliard d'euros mais a progressé de 2% à taux de change constants.
En santé vétérinaire (8% des activités du groupe), Boehringer Ingelheim revendique une croissance supérieure à celle du marché à 5,6% (6,8%) à 1,13 milliard d'euros.
L'activité de production pour tiers (4% des activités du groupe) a généré un chiffre d'affaires de 501 millions d'euros, en hausse 11,4% (11,5%) après un fort recul en 2013 en raison de la fin de plusieurs contrats, à environ 420 millions.
Sans proposer de comparaison par rapport à 2013, Boehringer Ingelheim indique que son chiffre d'affaires s'est établi à 4,6 milliards de dollars aux Etats-Unis, 1,7 milliard au Japon et 912 millions en Allemagne. Ces trois marchés ont représenté 55% de ses ventes (contre 57% en 2013).
Les effectifs de Boehringer Ingelheim ont augmenté d'environ 1% en 2014 à 47.700 salariés, malgré le plan, en cours, de suppression de quelque 500 postes en Allemagne.
/eh/sl/APM

[EH0NN5I30]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi