dépêche

 - 

GlaxoSmithKline vise une progression annuelle de sa rentabilité de 5% à 10% à l'horizon 2020

LONDRES, 6 mai 2015 (APM) - GlaxoSmithKline (GSK) a indiqué mercredi qu'il visait une croissance annuelle de sa rentabilité de 5% à 10% entre 2016 et 2020 (à taux de change constants et hors éléments exceptionnels).
Le laboratoire a communiqué mercredi dans le cadre de la publication de ses résultats trimestriels et d'une présentation destinée à convaincre les investisseurs que miser sur la santé grand public et les vaccins permettra de renouer avec la croissance à long terme.
GSK a aussi annoncé qu'il ne procéderait finalement pas à l'introduction en Bourse d'une partie minoritaire du capital de ViiV Healthcare, la coentreprise qu'il forme avec Pfizer et Shionogi dans le sida, en raison de prévisions "très positives pour cette activité" (cf dépêche du 22/10/2014 à 17:03).
Le groupe britannique a connu une année 2014 compliquée, marquée par une vaste affaire de corruption en Chine et par le recul des ventes de son produit phare, le traitement de l'asthme et de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) Advair* (fluticasone + salmétérol, Seretide* en Europe).
Pour redresser la barre, il compte sur les effets positifs d'un vaste échange d'actifs bouclé début mars avec Novartis à l'issue duquel il a cédé au groupe suisse ses actifs en oncologie et récupéré les siens dans les vaccins (hors grippe). Les deux entreprises ont aussi rassemblé leurs produits de santé grand public dans une joint-venture au sein de laquelle le britannique est majoritaire.
GSK mise en parallèle sur trois programmes de restructuration devant lui permettre d'économiser 3 milliards de livres (4 milliards d'euros) par an d'ici 2017, en contrepartie de charges exceptionnelles d'un total de 5 milliards (6,7 milliards d'euros).
Le groupe vise pour 2016-20 une hausse de son chiffre d'affaires inférieure à 5% à taux de change constants, avec une augmentation de 5% à 10% pour les vaccins, d'environ 5% pour la santé grand public et de 2%-3% pour Pharmaceuticals, en raison de la possible arrivée sur le marché américain d'un générique d'Advair*.
Il est prévu que les nouveaux produits à venir des divisions Vaccines et Pharmaceuticals génèrent au moins 6 milliards de livres (8,1 milliards d'euros) par an d'ici 2020 à taux de change constants. Une hausse des ventes dans les pays émergents est également anticipée ainsi qu'une pression continue à la baisse sur les prix dans le reste du monde.
GSK assure que, malgré l'érosion continue du chiffre d'affaires d'Advair*, il conservera sa position de leader dans le respiratoire au cours de la prochaine décennie et que ses ventes augmenteront à partir de 2016 grâce à ses nouveaux produits, Breo*/Relvar* (fluticasone + vilantérol) et Anoro* (uméclidinium + vilantérol). D'ici 2020, les ventes devraient même retrouver un niveau comparable voire supérieur à celui anticipé pour 2015.
Le résultat par action hors éléments exceptionnels est attendu en hausse de 5% à 10% à taux de change constants sur 2016-20. Pour 2015, il devrait reculer de près de 10% sous l'effet de la poursuite de la baisse des ventes d'Advair*/Seretide* et des coûts "plus importants que prévus" liés à Novartis, avant une reprise de la croissance en 2016.
Pour atteindre cette performance, GSK a prévu d'accélérer le programme de restructuration lié à l'acquisition des produits de Novartis et estime être en mesure de réaliser 50% des économies prévues en 2016 (contre 2017 auparavant) et le reste en 2017 (au lieu de 2019).
Il a aussi décidé de ne reverser que 1 milliard de livres (1,3 milliard d'euros) à ses actionnaires à la suite de l'opération avec Novartis, contre 4 milliards (5,4 milliards d'euros) annoncés initialement, afin de conserver du cash en cas d'arrivée d'un générique d'Advair* ou de retrait de ses partenaires des joint-ventures.
Il indique qu'il souhaite utiliser ses fonds en priorité pour reverser un dividende "ordinaire" (0,80 livre par action par an en 2015-17) à ses actionnaires, pour accélérer la réalisation des programmes de restructuration et investir dans de "nouvelles opportunités de croissance" au sein de son portefeuille.
Le directeur général, Andrew Witty, a expliqué lors d'une conférence téléphonique que GSK ne souhaitait pas réaliser d'acquisitions majeures et qu'il ne procéderait à aucun changement structurel d'ampleur dans les quatre à cinq prochaines années.
CHIFFRE D'AFFAIRES EN BAISSE DE 9% DANS LE RESPIRATOIRE
Sur le premier trimestre, le résultat net de GSK a été multiplié par 12 à 8,09 milliards de livres (11 milliards d'euros) en raison des gains liés à la transaction avec Novartis. Hors éléments exceptionnels, il a chuté de 17% (-16% à taux de change constants) à 834 millions (1,1 milliard d'euros), en raison d'une hausse des charges.
Le chiffre d'affaires a stagné (+1%) à 5,62 milliards de livres (7,6 milliards d'euros). Le résultat opérationnel a été multiplié par 8,6 à 9,22 milliards alors qu'il a reculé de 15% (-14%) à 1,3 milliard hors éléments exceptionnels.
A taux de change constants, Pharmaceuticals a enregistré une baisse de 7% à 3,52 milliards de livres. Vaccines a crû de 10% à 699 millions et Consumer Healthcare de 24% à 1,38 milliard, grâce à l'opération avec Novartis.
Par zones géographiques, les ventes ont reculé de 5% à 1,79 milliard de livres aux Etats-Unis mais elles ont gagné 5% à 1,56 milliard en Europe et 2% à 2,27 milliards à l'international.
Le chiffre d'affaires en pneumologie a baissé de 9% à 1,41 milliard de livres avec une chute de 14% à 898 millions de Seretide*/Advair* et de 22% à 153 millions pour l'anti-allergique Flixotide*/Flovent* (fluticasone).
Viiv Healthcare a bondi de 42% à 446 millions de livres, porté par le bon lancement des anti-VIH à base de dolutégravir Tivicay* et Triumeq*, qui ont atteint 112 millions et 81 millions respectivement. Epzicom*/Kivexa* (abacavir + lamivudine) a pris 2% à 176 millions.
Les produits établis ont reculé de 20% à 650 millions de livres, sous l'effet de l'arrivée de la concurrence générique sur l'oméga-3 Lovaza*. Le chiffre d'affaires en cardiovasculaire, métabolisme et urologie a perdu 8% à 218 millions.
Le titre GSK progressait de 1,9% à 15,28 livres mercredi en milieu d'après-midi à la Bourse de Londres.
/gb/ab/APM

[GB9NNX8SB]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi