dépêche

 - 

Génériques: 260 millions d'euros de baisses de prix en 2016

PARIS, 2 novembre 2015 (APM) - Le Comité économique des produits de santé (CEPS) prépare pour 2016 des baisses de prix pour des princeps génériqués et des génériques destinées à permettre 260 millions d'euros d'économies en année pleine pour l'assurance maladie, a-t-on appris de source compétente.
Le CEPS va réunir jeudi le comité de suivi des génériques lors duquel seront discutées les mesures de convergence des prix qu'il entend mettre en oeuvre durant les prochains mois.
Deux catégories de médicaments vont être particulièrement visées.
Il s'agit d'une part, des molécules génériquées dans le domaine du système nerveux central (SNC), hors antiparkinsoniens. Sont ainsi concernés les anti-Alzheimer, antidépresseurs, antiépileptiques, antipsychotiques, anxiolytiques et antalgiques de palier 3. Le total des économies attendues pour ces produits devrait atteindre 220 millions d'euros en année pleine (dont 130 millions pour 2016). Elles devraient entrer en vigueur à partir du 1er mars 2016.
D'autre part, le CEPS prévoit de réduire encore les prix des statines. Cette classe d'hypocholestérolémiants a déjà enregistré un mouvement de convergence des prix, entré en vigueur en 2014. Mais une étude de comparaison européenne des prix réalisée à la demande du comité, publiée en septembre dans son rapport annuel 2014, a montré que les prix des statines génériquées étaient substantiellement supérieurs en France par rapport à l'Allemagne et au Royaume-Uni (cf dépêche du 17/09/2015 à 08:00).
En conséquence, le prix fabricant hors taxe (PFHT) d'un comprimé de statine devrait passer 0,36 à 0,30 euro pour un princeps et de 0,18 à 0,15 euro pour un générique.
Crestor*, seule statine remboursée non génériquée, n'est pas concernée par cette convergence des prix. Protégé par son brevet jusqu'à la mi-2017, le médicament devrait toutefois enregistrer une nouvelle baisse de prix courant 2016.
En tendance annuelle, le marché français du générique enregistre une croissance de l'ordre de 4% à 5% en volumes mais décroît d'environ 1% en valeur, a indiqué une source compétente à l'APM. La hausse des volumes s'explique notamment par une progression des prescriptions en faveur des statines génériquées au détriment de Crestor*, soumis à une procédure de mise sous accord préalable en instauration de traitement depuis le 1er novembre 2014 (cf dépêche du 23/09/2014 à 11:31).
/eh/ab/APM

[EH8NX6UF7]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi