dépêche

 - 

La santé dans les outre-mer, une "priorité de l'action de l'Etat" (François Fillon)

SAINT-PIERRE (La Réunion), 13 février 2017 (APMnews) - François Fillon promet de faire de la santé "une priorité de l'action de l'Etat" dans les départements et territoires d'outre-mer, s'il est élu président de la République.
François Fillon a fait cette annonce dimanche lors d'un discours prononcé à Saint-Pierre, à l'occasion d'un déplacement sur l'île de La Réunion.
"Je ferai de la santé dans les outre-mer une véritable priorité de l’action de l’Etat en modernisant les hôpitaux, en soutenant l’installation de nouveaux médecins et en développant la télémédecine", a-t-il déclaré dans un discours mis en ligne sur son site de campagne.
Il a aussi annoncé que ces territoires "ne seront pas concernés par le plan de réduction des effectifs de la fonction publique" qu'il souhaite mettre en oeuvre "en métropole" s'il est élu. A différentes reprises, le candidat a expliqué qu'il comptait supprimer 500.000 postes de fonctionnaires par des fins de contrat ou l'organisation de départs volontaires, ce, en lien avec une augmentation du temps de travail (cf dépêche du 25/11/2016 à 10:10)
Dimanche, évoquant plus précisément le secteur hospitalier, il a rappelé qu'il avait "créé le CHU [de La Réunion] en 2009" (en réalité, sa création a été annoncée en 2009 mais elle est réellement intervenue en 2012, ndlr).
Il a estimé que le gouvernement avait par la suite "délaissé" cet établissement, n'avait "pas soutenu ses projets" et n'avait "pas pris en compte la réalité de ses missions".
"Je suis heureux qu'aujourd'hui le CHU fasse l'objet d'un consensus politique local et je ferai tout pour que cet état d'esprit se maintienne", a-t-il affirmé. "Je veillerai à ce que le CHU ait les moyens nécessaires à l'exercice de ses missions", a-t-il ajouté.
François Fillon a aussi fait part de sa volonté que l'Etat "assume enfin clairement ses missions de solidarité", notamment en "amélior[ant] la prise en charge des personnes âgées dépendantes et des personnes handicapées".
"Je veux aussi qu'on puisse vieillir dignement dans notre pays", a-t-il poursuivi en affirmant son souhait de revaloriser les petites retraites.

Assurance maladie: un "faux" procès

Evoquant la polémique née au moment de sa désignation à l'occasion des élections primaires de la droite et du centre sur la partie de son programme relative aux remboursements des soins par l'assurance maladie, il a indiqué que le "procès" qu'on lui avait intenté -"vouloir mettre à mal notre assurance maladie et notre système de soins"- était "faux".
"Ce que je dénonce, c’est la langue de bois de ceux qui se fichent des déserts médicaux, qui se fichent des pathologies non remboursées, qui se fichent des urgences débordées, qui se fichent de savoir que les personnels médicaux sont à bout, et puis qui se fichent de savoir que la médecine libérale ne supporte plus d’être maltraitée", a-t-il dénoncé.
"Les fossoyeurs de la sécurité sociale sont ceux qui s’opposent à toute réforme", a-t-il estimé.
"Je veux une santé de qualité pour tous, une santé capable de répondre au vieillissement de la population et au prix croissant des nouveaux médicaments", a-t-il assuré.
François Fillon qui a retiré de son programme les propositions qui ont suscité une polémique (cf dépêche du 14/12/2016 à 15:41 et dépêche du 11/01/2017 à 11:12), n'a pas indiqué à quel moment il présentera ses nouvelles propositions dans ce domaine.
san/eh/APM

[SAN4OLB3VU]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jours sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi