dépêche

 - 

Gérard de Pouvourville a renoncé au collège de la HAS pour des raisons personnelles

PARIS, 3 avril 2017 (APMnews) - Gérard de Pouvourville, titulaire de la chaire Essec Santé, a renoncé à être nommé membre du collège de la Haute autorité de santé (HAS) pour des raisons personnelles, a-t-il indiqué lundi à APMnews.
Le ministère des affaires sociales et de la santé a confirmé vendredi la prochaine nomination de Christian Saout, secrétaire général délégué du Collectif interassociatif sur la santé (Ciss), au sein du collège à la suite du désistement de Gérard de Pouvourville, rappelle-t-on (cf dépêche du 31/03/2017 à 17:52).
APMnews avait révélé le 20 mars la liste des six personnes (dont Gérard de Pouvourville mais aucun représentant des associations de patients) qui allaient entrer au collège de la HAS (cf dépêche du 20/03/2017 à 21:38). Cette annonce avait notamment suscité le dépit du Ciss, qui avait évoqué "un bien mauvais signe [...] envoyé à l'ensemble des usagers de la santé" (cf dépêche du 22/03/2017 à 14:53).
Gérard de Pouvourville a expliqué lundi à APMnews qu'il avait "accepté bien volontiers" d'entrer au collège de la HAS lorsque sa présidente, Agnès Buzyn, le lui avait proposé à la mi-mars. "J'étais honoré et ravi", a-t-il ajouté.
"J'avais juste demandé à Mme Buzyn de pouvoir en parallèle rester à l'Essec jusqu'à la fin de l'année en raison d'engagements en matière d'enseignement et de recherche, et elle avait accepté", a relaté le spécialiste de l'économie de la santé.
Mais, au même moment, une personne de l'entourage proche de Gérard de Pouvourville a reçu un diagnostic nécessitant un traitement lourd, ce qui l'a amené à renoncer à sa nomination au collège de la HAS. "Je ne me voyais pas mener deux responsabilités en même temps dans ces moments-là. J'ai beaucoup de regrets, mais il y avait une décision à prendre, et je pense que j'ai pris la bonne", a-t-il indiqué.
Agnès Buzyn avait proposé à Gérard de Pouvourville de rejoindre le collège de la HAS en vue de prendre la présidence de la commission évaluation économique et de santé publique (Ceesp). Avec son désistement, le futur collège ne devrait donc pas compter de spécialiste d'économie de la santé, note-t-on.
eh/gb/APMnews

[EH7ONTT4R]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi