dépêche

 - 

Présidentielle: les propositions santé d'Emmanuel Macron et de Marine Le Pen

PARIS, 24 avril 2017 (APMnews) - Voici les propositions santé des deux candidats qui se sont qualifiés dimanche pour le second tour de l'élection présidentielle, qui aura lieu le 7 mai.
D'après les résultats provisoires donnés vers 20 heures dimanche, Emmanuel Macron, candidat pour la première fois à la présidentielle, a remporté 23,7% des voix et Marine Le Pen 21,7%. En 2012, la candidate du Front National avait recueilli 17,90% des suffrages.

Emmanuel Macron

Fin février, le candidat d'En Marche! avait annoncé un plan d'investissement de 5 milliards d'euros dans la santé (cf dépêche du 24/02/2017 à 16:20 et dépêche du 21/02/2017 à 18:10). Il a détaillé ses propositions dans son programme officiel publié début mars (cf dépêche du 02/03/2017 à 17:55).
Sur la prévention, il propose de créer un service sanitaire de 3 mois pour tous les étudiants en santé, dont 40.000 d'entre eux interviendront dans les écoles ou les entreprises.
Afin de lutter contre les inégalités, il promet de ne dérembourser aucun soin utile pendant les 5 ans qui viennent (cf dépêche du 12/12/2016 à 12:46) et de prendre en charge à 100% d'ici 2022 les lunettes, les prothèses dentaires et les prothèses auditives.
Il juge le numerus clausus "injuste et inefficace" et veut adapter les capacités de formation aux besoins de santé des territoires. Il veut doubler le nombre de maisons de santé.
Il promet aussi de donner davantage d'autonomie aux hôpitaux, en diversifiant les modes de rémunération des professionnels et les modes de financement des hôpitaux, dans un cadre sécurisé nationalement. Il veut accélérer le déploiement des groupements hospitaliers de territoire (GHT) tout en mettant davantage de "liant" entre eux et les autres acteurs de l'offre.
Pour rendre le système de santé plus efficient, il compte généraliser la vente de médicaments à l'unité (cf dépêche du 09/01/2017 à 17:22).
Emmanuel Macron a par ailleurs indiqué mi-avril qu'il voulait lancer une concertation sur la vente de médicaments en dehors des pharmacies (cf dépêche du 19/04/2017 à 16:54).
Dans son programme, il promet aussi de gérer les dépenses et la stratégie de santé sur un horizon de plusieurs années pour donner de la visibilité et de la stabilité aux acteurs de santé avec engagement dans un objectif national de dépenses d'assurance maladie (Ondam) à 5 ans. Emmanuel Macron a annoncé vouloir maintenir l'Ondam à 2,3% sur 2018-2022.
S'agissant de la fonction publique, il veut redéployer les effectifs pour créer des postes dans les services qui répondent à l'évolution des besoins des citoyens (éducation et sécurité). Les effectifs de la fonction publique hospitalière (FPH) seront maintenus, mais 120.000 postes ne seront pas renouvelés dans la fonction publique territoriale (70.000) et dans la fonction publique d'Etat (50.000).
Il a également annoncé vouloir créer un "fonds pour l'industrie et l'innovation" de 10 milliards d'euros, avec pour objectif de financer "l'industrie du futur" et d'inciter les laboratoires à produire en France et diffuser "plus rapidement" l'innovation (cf dépêche du 02/03/2017 à 18:09).
Lors d'un déplacement à Grenoble mi-avril, il avait par ailleurs fait part de son souhait de disposer d'un opérateur unique pour lancer des appels à projets dans le domaine de la recherche et l'innovation, qui serait l'Agence nationale de la recherche (ANR) (cf dépêche du 18/04/2017 à 09:11).
Concernant le secteur médico-social, Emmanuel Macron propose de développer et soutenir les soins à domicile, de permettre aux aidants de mieux se former ou d'être accompagnés, d'encourager les solutions de télémédecine dans les maisons de retraite ou encore de lancer un plan d'évaluation des techniques et méthodes de prise en charge des handicaps (cf dépêche du 02/03/2017 à 18:01).
Le candidat indique être favorable à l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) pour les femmes seules et les couples de femmes, mais se dit opposé à la gestation pour autrui (GPA).
Sur la thématique "environnement et transition écologique", il promet de mener une "campagne de mobilisation de même ampleur que le plan cancer afin de sensibiliser les Français et d'inciter à des nouvelles pratiques de consommation".

Marine Le Pen

Marine Le Pen avait organisé en décembre 2016 une "convention thématique" sur le thème "Santé: protéger les Français" (cf dépêche du 12/12/2016 à 08:49) et présenté en février "144 engagements présidentiels" dont une douzaine concernait la santé (cf dépêche du 06/02/2017 à 11:59).
La candidate du Front National estime notamment que les tendances lourdes de la société, comme le vieillissement, la dépendance et les progrès médicaux, rendent incontournable une "progression des dépenses de santé et du budget des hôpitaux".
Elle promet de "garantir la sécurité sociale pour tous les Français ainsi que le remboursement de l'ensemble des risques pris en charge par l'assurance maladie" et de créer un "cinquième risque" de sécurité sociale consacré à la dépendance "afin de permettre à chaque Français de se soigner et de vivre dans la dignité".
Elle assure que ses mesures sociales seront "plus que financées par des économies de gestion, la lutte contre la fraude ["création d’une carte Vitale biométrique fusionnée avec le titre d’identité"] et la baisse des dépenses sociales qui découlera de la réduction drastique des flux migratoires". Elle voit aussi dans la suppression de l'aide médicale de l'Etat (AME), destinée aux étrangers en situation irrégulière, une source d'économies.
Elle attend également des économies de la baisse du prix des médicaments coûteux ("via l'augmentation de la proportion de génériques") et du développement de la vente à l'unité des médicaments remboursables, "en imposant aux laboratoires l’adaptation de leurs chaînes de production" (cf dépêche du 09/01/2017 à 11:41).
Concernant l'avenir de l'officine, la candidate du Front national veut conserver le monopole officinal afin d'éviter les trafics de médicaments et la circulation de produits contrefaits. Elle souhaite aussi consolider le maillage et l'emploi, et faire du pharmacien "un professionnel médical à part entière", en lui confiant des "missions nouvelles" (cf dépêche du 06/03/2017 à 09:36).
S'agissant de la fonction publique, elle compte "dégeler et revaloriser" le point d'indice et "préserver le statut" (cf dépêche du 04/04/2017 à 15:17). Elle promet aussi d'augmenter les effectifs hospitaliers, sans donner de chiffres.
En avril, la candidate du FN a diffusé un livret thématique sur la santé, intitulé "Garantissons la sécurité sociale pour tous les Français", dans lequel elle propose un "grand plan de rénovation et de modernisation des établissements de santé" axé sur les systèmes d'information (cf dépêche du 04/04/2017 à 15:17).
Elle y annonce aussi la remise à plat des groupements hospitaliers de territoire (GHT) et de la tarification à l'activité (T2A).
Concernant l'organisation institutionnelle, Marine Le Pen a annoncé "une révolution de la proximité", selon les termes de son porte-parole David Rachline, sénateur du Var et maire de Fréjus, avec "une simplification en trois niveaux": les communes, les départements et l'Etat, associée, donc, à la suppression des régions (cf dépêche du 08/03/2017 à 15:06).
mh-vl/san/vl/APMnews

[MH0OORGIO]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jours sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi