dépêche

 - 

La stimulation ovarienne n'augmente pas le risque de cancer du sein

WASHINGTON, 17 juillet 2017 (APMnews) - La stimulation ovarienne, que ce soit pour une simple induction de l'ovulation ou dans le cadre d'une stimulation ovarienne contrôlée, n'est pas associée à une augmentation de l'incidence du cancer du sein, montre une étude suédoise publiée dans Fertility and Sterility.
La stimulation ovarienne influence les niveaux d'estrogènes endogènes et, de ce fait, pourrait théoriquement augmenter le risque de cancer du sein, dont plusieurs formes sont sensibles aux estrogènes. Mais les résultats des précédentes études sur le risque de cancer du sein après assistance médicale à la procréation (AMP) sont variables, soulignent Frida Lundberg du Karolinska Institutet à Stockholm et ses collègues.
Ils ont analysé 2 cohortes de femmes au sein desquelles ils ont examiné le lien entre l'AMP en général ou le type de traitement reçu, l'infertilité elle-même, et l'incidence du cancer du sein.
Dans une cohorte de plus de 1,34 million de femmes ayant accouché entre 1982 et 2012, 38.047 avaient donné naissance après une AMP, et 13.414 femmes ont eu un diagnostic de cancer du sein au cours du suivi, dont 262 qui avaient été exposées à l'AMP.
L'incidence du cancer du sein dans cette cohorte était réduite de 17% chez les femmes ayant un diagnostic d'infertilité et de 16% chez celles ayant bénéficié d'une AMP par rapport à celles n'ayant pas de diagnostic d'infertilité et n'ayant pas reçu d'AMP. Et par rapport aux femmes ayant un diagnostic d'infertilité mais n'ayant pas reçu d'AMP, celles ayant accouché après une AMP avaient une incidence du cancer du sein similaire.
Dans une seconde cohorte de près de 1,88 million de femmes nées entre 1960 et 1992, 39.469 avaient reçu une stimulation ovarienne contrôlée (gonadotrophines + désensibilisation pituitaire avec agoniste ou antagoniste de la GnRH) et 26.232 une induction d'ovulation (citrate de clomifène ou gonadotrophines sans désensibilisation). Au total, 7.229 femmes ont développé un cancer du sein au cours du suivi, dont 84 avaient reçu une stimulation ovarienne contrôlée et 50 une induction d'ovulation.
L'analyse de cette cohorte montre une incidence significativement plus faible (-17%) de cancers du sein chez les femmes ayant un diagnostic d'infertilité mais n'ayant pas reçu de stimulation ovarienne par rapport aux femmes sans diagnostic d'infertilité ni stimulation ovarienne.
Chez celles ayant reçu une induction de l'ovulation, l'incidence du cancer du sein était plus faible également (-21%), mais pas de manière statistiquement significative. Pour celles qui avaient reçu une stimulation ovarienne contrôlée, l'incidence du cancer du sein n'était pas significativement différente de celle observée chez les femmes sans diagnostic d'infertilité et non traitées.
Enfin, par rapport aux femmes ayant un diagnostic d'infertilité mais non traitées, les incidences de cancers du sein n'étaient pas significativement différentes pour les femmes ayant reçu une induction d'ovulation ou une stimulation ovarienne contrôlée.
"Ces résultats suggèrent que la stimulation ovarienne n'augmente pas le risque de cancer du sein", concluent les auteurs.
(Fertility and Sterility, vol 108 n°1, p137-144)
cd/ab/APMnews

[CD1OT87GD]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi