dépêche

 - 

DMLA: la prévalence des formes avancées est en diminution en Europe

WASHINGTON, 7 août 2017 (APMnews) - La prévalence des formes avancées de dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) est en léger recul en Europe grâce à un meilleur mode de vie et aux traitements anti-VEGF, montre un consortium d'épidémiologie dans Ophthalmology.
La DMLA est une maladie oculaire fréquente chez les personnes âgées en Europe et une cause importante de perte d'acuité visuelle.
Le consortium E3 (European Eye Epidemiology) a évalué l'impact des progrès faits dans cette maladie dans la forme humide et de la prévention en réalisant une méta-analyse de données de prévalence portant sur 42.080 personnes de 40 ans et plus participant à 14 cohortes dans 10 pays d'Europe (dont 3 études françaises: Allienor-3C, Montrachet et Pola).
La prévalence de la DMLA précoce (drusens) augmente de 3,5% chez les 55-59 ans à 17,6% chez les personnes de 85 ans et plus, rapportent Johanna Colijn du centre médical Erasme à Amsterdam et ses collègues.
Pour les formes avancées (atrophie géographique ou forme sèche et néovascularisation choroïdienne ou forme humide), ces chiffres allaient de 0,1% à 9,8%.
Les auteurs ont observé une prévalence décroissante pour les formes avancées après 2006, devenant la plus marquée après l'âge de 70 ans, selon les courbes fournies. Selon l'année de naissance, il était observé une prévalence relativement stable pour les formes précoces dans toutes les cohortes et une diminution pour les formes avancées dans les cohortes de naissance les plus récentes.
Après 2006, année à partir de laquelle l'utilisation des anti-VEGF dans les formes néovasculaires s'est répandue, significativement moins d'yeux et moins de personnes de 80 ans et plus avec des néovaisseaux choroïdiens souffraient d'une vision altérée.
Avant 2006, 54,2% des yeux avec atrophie géographique avaient une vision altérée et 79,8% des yeux avec néovascularisation, mais ces proportions sont passées à 47,6% pour l'atrophie géographique et surtout à 66,2% pour les néovascularisations.
De plus, la proportion des patients avec atteinte bilatérale est passée de 34,8% à 28,9% (de 48,6% à 34,8% pour les 80 ans et plus).
D'autres études ont trouvé jusqu'à 2 fois moins de cécités légales après 2006, citent les auteurs. Les campagnes de communication initiées avec l'arrivée des anti-VEGF ont sans aucun doute contribué à la réduction de la perte d'acuité visuelle grâce à une meilleure connaissance de la maladie qui a favorisé des diagnostics plus précoces.
Pour le futur, malheureusement en raison du vieillissement de la population, les projections prévoient un quasi-doublement du nombre de personnes affectées malgré cette baisse de prévalence pour les formes avancées. D'ici à 2040, le nombre de personnes avec une DMLA précoce en Europe devrait se situer entre 14,9 millions et 21,5 millions et pour la forme avancée, entre 3,9 millions et 4,8 millions.
"La DMLA reste un problème de santé publique en Europe", concluent les auteurs.
(Ophthalmology, publication en ligne du 14 juillet)
sl/ab/APMnews

[SL7OU61SL]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jours sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi