dépêche

 - 

Samsung Bioepis et Takeda s’allient pour développer de nouveaux médicaments biologiques

SEOUL, 21 août 2017 (APMnews) - Samsung Bioepis a annoncé lundi dans un communiqué une collaboration avec le japonais Takeda pour le financement et le développement de nouveaux médicaments biologiques dans des domaines thérapeutiques présentant des besoins non satisfaits.
Aucun détail financier n’a été dévoilé.
Les travaux vont dans un premier temps porter sur le composé TAK-671, en développement dans le traitement de la pancréatite aiguë sévère. Les autres programmes sur lesquels les deux industriels collaboreront n’ont pas été précisés.
Ce partenariat permet à Samsung Bioepis, joint-venture entre Samsung Biologics et Biogen fondée en 2012, de se diversifier au-delà des biosimilaires.
Samsung Bioepis a été le premier à décrocher, en janvier 2016, une autorisation de mise sur le marché (AMM) européenne pour Benepali*, un biosimilaire de l’anti-TNF Enbrel* (etanercept, Pfizer).
Le produit a généré plus de 250 millions de dollars de chiffre d’affaires depuis sa mise à disposition, a indiqué l’industriel.
Il a aussi fait homologuer des deux côtés de l’Atlantique un biosimilaire de l’anti-TNF Remicade* (infliximab, Merck & Co/Johnson & Johnson). Le produit est baptisé Flixabi* en Europe (AMM en mai 2016) et Renflexis* aux Etats-Unis (AMM en avril 2017).
Des demandes d’AMM sont en cours d’examen en Europe pour un biosimilaire de l’anti-TNF Humira* (adalimumab, AbbVie), médicament le plus vendu au monde, et de l’anticancéreux Herceptin* (trastuzumab, Roche).
Alors qu’un biosimilaire de l’anticancéreux Avastin* (bévacizumab, Roche) est en phase III, Samsung Bioepis cherche aujourd’hui à devenir un laboratoire capable de mettre sur le marché ses propres médicaments originaux, en partenariat avec d'autres laboratoires.
gb/vl/APMnews

[GB4OV11U8]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jours sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi