dépêche

 - 

Deuxième cas documenté de contamination par un VIH multirésistant chez un patient sous Truvada* en PrEP

WASHINGTON, 4 septembre 2017 (APMnews) - Un deuxième cas documenté de contamination par un VIH-1 multirésistant chez un patient sous Truvada* (emtricitabine + ténofovir, Gilead) en prophylaxie pré-exposition (PrEP) au VIH et adhérent au traitement a été décrit dans Journal of Aids en août.
Le premier cas de contamination par un VIH multirésistant chez un patient prenant un traitement prophylactique de Truvada*, et dont les analyses suggéraient une bonne adhésion au traitement, avait été présenté en 2016 lors de la Conference on Retrovisuses and Oppportunistic Infections (CROI, cf dépêche du 02/03/2016 à 09:39).
Dans les essais évaluant la PrEP, il a été montré que l'efficacité dépendait de l'adhésion au traitement. Les personnes du groupe traitement actif contaminées présentaient de faibles concentrations de ténofovir plasmatique et de ténofovir diphosphate dans les cellules périphériques mononuclées du sang (PBMC), rappellent Martin Markowitz de l'université Rockefeller à New-York et ses collègues.
Ils décrivent la contamination par un VIH-1 multirésistant d'un homme de 26 ans découverte 5 mois après l'initiation d'une PrEP continue (une prise par jour) avec Truvada*.
Le compagnon régulier du jeune homme était séropositif, sous trithérapie, et présentait une charge virale indétectable.
Ayant initié sa PrEP en janvier 2016, le jeune homme a été vu un mois plus tard et semblait alors adhérent et tolérant au traitement prophylactique.
Le 3 mai, alors qu'il venait pour une visite de routine, un test Elisa de 4ème génération s'est avéré négatif alors que le test d'amplification de l'ARN était lui positif suggérant une infection récente par le VIH-1. L'homme a rapporté avoir eu des relations sexuelles non protégées avec son compagnon régulier et deux autres hommes dont il ne connaissait pas le statut sérologique.
Pour confirmer que cet homme avait effectivement pris régulièrement son traitement comme il l'assurait, les concentrations de ténofovir et de ténofovir diphosphate ont été mesurées début juin dans ses cheveux et sur goutte de sang séché, qui reflètent l'adhésion au long cours. Les résultats de ces analyses correspondaient à une bonne adhésion au traitement prophylactique les 6 à 8 semaines précédentes.
Fin mai le traitement antirétroviral a été intensifié en ajoutant du dolutégravir (Tivicay*, Viiv Healthcare) au Truvada*.
Les analyses virales indiquaient que l'homme était infecté par un virus différent de celui de son compagnon régulier et qu'il avait été contaminé par un virus résistant aux deux antiviraux contenus dans Truvada* ainsi qu'aux inhibiteurs non-nucléosidiques de la transcriptase inverse.
C'est la deuxième fois qu'une contamination par un VIH-1 multirésistant est documentée chez un patient déclarant une bonne adhésion à la PrEP par Truvada* confirmée par des mesures objectives, notent les auteurs.
Ils estiment que ce cas démontre l'importance d'utiliser des tests de diagnostic du VIH très sensibles chez les patients sous PrEP.
(Jaids, publication avancée en ligne)
vib/eh/APMnews

[VIB4OVLZ9Q]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi