dépêche

 - 

Teva débauche le directeur général de Lundbeck, Kare Schultz

TEL AVIV, VALBY (Danemark), 11 septembre 2017 (APMnews) - Le directeur général de Lundbeck, Kare Schultz, a quitté son poste pour prendre la direction générale de Teva, a-t-on appris dans des communiqués distincts des deux groupes lundi en début de matinée.
Teva, n°1 mondial des médicaments génériques, est sans directeur général depuis la démission d'Erez Vigodman en février, après plusieurs acquisitions coûteuses et faux pas stratégiques. Kare Schultz prendra la succession du président du conseil d'administration, Yitzhak Peterburg, qui assurait l'intérim. Il sera basé au siège de l'entreprise, à Tel Aviv, est-il précisé.
La date à laquelle il rejoindra Teva n'est pas explicitée, note-t-on. Toutefois, elle paraît ne pas être immédiate, puisque Teva précise que Yitzhak Peterburg poursuivra l'intérim jusqu'à l'arrivée de son successeur, et Lundbeck indique que Kare Schultz restera en poste jusqu'à son départ.
"J'ai simplement reçu une offre que je ne pouvais pas refuser, être le directeur général d'un des plus grands laboratoires dans le monde", raconte dans le communiqué de Lundbeck celui qui avait quitté Novo Nordisk il y a deux ans, après la décision de l'ex-patron du groupe de rester jusqu'en 2019.
Ce Danois de 56 ans, diplômé en économie à l'université de Copenhague, a travaillé 26 ans à Novo Nordisk, où il a été directeur des opérations de janvier 2014 à mai 2015, date à laquelle il a rejoint la tête de Lundbeck. Il est par ailleurs président du conseil d'administration du groupe de brasserie Royal Unibrew et membre du conseil d'administration du constructeur de jouets Lego.
Kare Schultz aura la charge de remettre sur pied un laboratoire en grande difficulté, qui a perdu 57,5% de sa valeur en Bourse depuis le début de l'année et est endetté à hauteur de 32 milliards de dollars, essentiellement à cause du rachat des génériques d'Allergan. Cet été, le groupe a annoncé des résultats catastrophiques au deuxième trimestre et un abaissement de ses prévisions annuelles en raison d'une érosion des prix et de délais de lancements de génériques aux Etats-Unis (cf dépêche du 03/08/2017 à 16:43).
"Lorsque j'aurai physiquement rejoint Teva, je prévois que nous développerons une stratégie commune avec le conseil d'administration et la direction et que nous la communiquerons", a expliqué le dirigeant à Reuters lundi, indiquant qu'il n'était pas en mesure de donner de calendrier. "La stratégie visera bien sûr à répondre à plusieurs initiatives de restructuration, dont certaines sont déjà en cours, et à régler la dette significative de l'entreprise", a-t-il commenté.
Lundi matin à la Bourse de Tel Aviv, le titre reprenait de la vigueur avec une hausse de 7,8% à 5.874 shekels israéliens. Au même moment à Copenhague, l'action Lundbeck dévissait de 11,2% à 365,60 couronnes danoises.
Sous la houlette de Kare Schultz, le laboratoire s'est lancé depuis 2015 dans un vaste programme de restructuration afin de restaurer ses marges érodée depuis 2014 par la concurrence générique sur l'anti-Alzheimer Ebixa* (mémantine) et l'antidépresseur Cipralex* (escitalopram), et la progression des coûts de lancements. Le retour des bons résultats a été salué par un triplement du cours de Bourse en deux ans.
En plus du directeur général, le danois a aussi fait savoir que le directeur commercial Staffan Schüberg avait démissionné pour rejoindre "une entreprise non cotée".
"Le conseil d'administration ne voit pas de raison pour changer la direction stratégique de l'entreprise", précise Lundbeck, qui juge "malheureux" que les deux dirigeants quittent le groupe au même moment. Le processus de recrutement pour les deux postes est "initié maintenant".
/rtrs/yb/vl/APMnews

[YB5OW3VWO]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jours sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi