dépêche

 - 

L'anti-émétique Bekinda* supérieur au placebo dans l'intestin irritable avec diarrhée prédominante

TEL-AVIV, 3 octobre 2017 (APMnews) - L'anti-émétique Bekinda* (RedHill Biopharma), ondansétron à libération prolongée, s'est montré supérieur au placebo dans le syndrome de l'intestin irritable avec diarrhée prédominante dans un essai de phase II dont les résultats ont été diffusés mardi par la société de biotechnologie israélienne.
L'étude de phase II menée en double aveugle a évalué contre placebo Bekinda* 12 mg une fois par jour auprès de 126 adultes atteints d'un syndrome de l'intestin irritable (SII) avec diarrhée prédominante pendant 8 semaines.
Le principal critère d'évaluation était la consistance des selles.
Selon ce critère, à l'issue des 8 semaines de randomisation, le taux de répondeurs était significativement plus important dans le groupe ondansétron (55%) que dans le groupe placebo (35%).
La société de biotechnologie affirme que le traitement a été bien toléré et s'est montré sûr et indique qu'il n'y a pas eu d'effets secondaires graves ou inattendus.
RedHill espère que ce composé administré par voie orale une fois par jour devienne le traitement de référence s'il est approuvé dans cette indication.
Bekinda* a été évalué en phase III dans la gastroentérite aiguë et la gastrite (cf dépêche du 15/06/2017 à 16:56).
En France l'anti-émétique ondansétron est indiqué dans les nausées et vomissement associés à la chimiothérapie, à la radiothérapie et postopératoires.
Dans une étude pharmaco-épidémiologique publiée fin 2016, il a été observé un risque d'effet indésirable cardiaque plus que triplé associé à la prise d'ondansétron, rappelle-t-on (cf dépêche du 20/12/2016 à 18:32).
vib/ab/APMnews

[VIB4OX934K]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jours sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi