dépêche

 - 

Un antirétroviral expérimental a contrôlé la charge virale chez la moitié de patients résistants à 6 mois

MILAN, 30 octobre 2017 (APMnews) - Un antirétroviral expérimental, potentiel premier de sa classe, a permis de contrôler la charge virale de la moitié des patients à 6 mois, dans un essai évaluant le composé chez des personnes difficiles à traiter, résistantes à plusieurs classes, selon des résultats présentés vendredi lors de la 16ème European Aids Conference à Milan.
Le composé testé, dénommé fostemsavir (ex-GSK 3684934 et BMS-663068, ViiV Healthcare), est un "inhibiteur d'attachement": il bloque la fixation du VIH-1 au CD4 en se liant à la protéine gp120, soit la première étape du cycle viral. La molécule est administrée par voie orale.
Dans un communiqué diffusé vendredi, ViiV rappelle qu'échecs et résistances restent problématiques chez les patients "lourdement prétraités", c'est-à-dire des personnes résistantes à plusieurs classes d'antirétroviraux.
L'essai présenté à Milan était une phase III (BRIGHTE) en deux cohortes (dont une randomisée) menée auprès de 371 patients présentant une résistance documentée ou une contre-indication à tous les agents de 4 classes d'antirétroviraux sur les 6 actuellement disponibles. Les participants poursuivaient leur thérapie antirétrovirale au cours de l'essai.
La durée totale de l'essai est de 96 semaines et les données diffusées vendredi par ViiV concernent les résultats à 8 jours et 24 semaines de la cohorte randomisée.
Un premier essai randomisé a été conduit auprès de 272 patients non contrôlés avec leur thérapie antirétrovirale.
Les participants étaient randomisés 8 jours entre fostemsavir et un placebo.
A l'issue de ces 8 jours, la réduction de la charge virale était significativement plus importante dans le groupe fostemsavir.
Après les 8 jours de randomisation, tous les patients étaient mis sous fostemsavir.
Les résultats 24 semaines post-inclusion indiquent que 54% des patients présentaient une suppression virologique (moins de 40 copies/ml).
Au moins un effet secondaire a été recensé chez la plupart des patients. Les effets indésirables de stade 2-4 les plus fréquents étaient des maux de tête, des diarrhées et des nausées.
ViiV indique qu'au cours de cet essai conduit chez des patients gravement immunodéprimés (dont la médiane des CD4 était de 80 cellules/µl), 17 personnes sont décédées au cours des 24 premières semaines, principalement en raison de l'aggravation de leur sida.
Chez les 99 patients non randomisés, l'infection VIH était résistante partiellement ou totalement à tous les antirétroviraux commercialisés. Ils recevaient tous le fostemsavir pendant 96 semaines.
Le laboratoire prévoit de déposer une demande d'autorisation de mise sur le marché (AMM) pour son produit en 2019-2020.
vib/gb/APMnews

[VIB3OYMQ3L]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jours sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi