dépêche

 - 

DMLA: une supériorité du brolucizumab sur l'aflibercept sur des critères secondaires

LA NOUVELLE ORLEANS (Louisiane), 13 novembre 2017 (APMnews) - Le brolucizumab (RTH258, Novartis) administré tous les 3 mois s'est montré supérieur à l'aflibercept (Eylea*, Bayer) tous les 2 mois dans le traitement de la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) néovasculaire, selon des critères d'évaluation secondaires dans 2 essais de phase III présentés vendredi au congrès de l'American Academy of Ophthalmology (AAO).
Novartis avait annoncé en juin que les 2 essais de phase III HAWK et HARRIER étaient positifs, montrant la non-infériorité du nouvel anti-VEGF, fragment de l'anticorps RTH258, face à l'aflibercept (cf dépêche du 20/06/2017 à 14:06). Ces 2 essais ont inclus plus de 1.800 patients.
Le RTH258 est un anticorps monochaîne très innovant qui permet d'atteindre des concentrations en anticorps beaucoup plus élevées dans l'oeil que les traitements actuellement homologués. L'anticorps a une très forte affinité pour toutes les isoformes du VEGF-A et devrait permettre d'espacer les injections intravitréennes et donc de lever une des difficultés des traitements actuels. C'est le seul anti-VEGF à montrer des gains visuels solides chez une majorité de patients maintenus avec des injections espacées de 12 semaines (tous les 3 mois) après la phase d'initiation. L'aflibercept est administré tous les 2 mois, après la phase d'initiation.
Les résultats de ces 2 essais, présentés à la Nouvelle Orléans, montrent la non-infériorité du nouveau médicament face à l'aflibercept dans les critères d'évaluation principaux, une supériorité sur l'évolution de paramètres rétiniens et un effet à long terme dans la DMLA néovasculaire, a rapporté le Pr Pravin Dugel du cabinet Retinal Consultants of Arizona et du Roski Eye Institute (Université de Californie du Sud).
Au bout de 16 semaines, les patients traités par le brolucizumab 6 mg étaient 35% moins nombreux à montrer la présence de liquide intrarétinien et/ou de liquide sous-rétinien dans HAWK et 33% en moins dans HARRIER par rapport à l'aflibercept. Une activité de la maladie était encore observée chez 23,5% des patients traités par le brolucizumab versus 33,5% sous aflibercept dans l'essai HAWK et 21,9% vs 31,4% dans l'essai HARRIER.
De plus à 48 semaines, 31% de patients sous brolucizumab en moins avaient encore du liquide intrarétinien et/ou sous-rétinien dans HAWK et 41% en moins dans HARRIER. Cette absence de liquide plus fréquente suggère le potentiel d'un effet de longue durée et de moindres besoins de traitements.
En outre, le nouvel anti-VEGF a montré des réductions supérieures sur l'épaisseur fovéale centrale, critère d'efficacité anatomique, à la semaine 16 et à la semaine 48 avec des différences statistiquement significatives dans les 2 études.
Sur le critère d'évaluation principal, l'évolution moyenne de la meilleure acuité visuelle corrigée à 48 semaines, une non-infériorité a été montrée dans les 2 essais. Ces résultats ont été maintenus chez une majorité de patients sous brolucizumab (57% dans HAWK et 52% dans BARRIER) avec des intervalles de traitement de 12 semaines après la phase d'initiation.
La sécurité du nouvel anti-VEGF était comparable à celle de l'aflibercept sur l'incidence globale des effets secondaires. Les effets secondaires oculaires les plus fréquents étaient pour le brolucizumab 3 mg, 6 mg et l'aflibercept respectivement une réduction de l'acuité visuelle (8,7%, 6,9% et 8,9% dans HAWK), des hémorragies conjonctivales (8,4%, 6,4% et 5,6%), des corps flottants dans le vitré (6,7%, 5% et 3,1%) et des douleurs oculaires (5,9%, 4,4% et 4,2%).
Dans l'essai HARRIER, l'incidence de ces événements avec le brolucizumab 6 mg et l'aflibercept était une réduction d'acuité visuelle (5,9% vs 6,2%), des hémorragies conjonctivales (1,9% et 3,3%), des corps flottants (3% vs 0,8%) et des douleurs oculaires (2,7% vs 3,3%).
Les effets secondaires non oculaires les plus fréquents étaient typiques de ceux rapportés dans une population de patients atteints de DMLA néovasculaire sans différence notable entre les 2 groupes: événements thrombotiques artériels (3,9%, 2,5% et 5,5% dans HAWK et 1,6% et 1,1% dans HARRIER).
Novartis a indiqué dans un communiqué de presse qu'il prévoyait de déposer un dossier de demande d'autorisation de mise sur le marché (AMM) dans le traitement de la DMLA néovasculaire d'ici le dernier trimestre 2018. Le laboratoire espère débuter des essais cliniques dans le traitement de l'oedème maculaire diabétique et les occlusions veineuses rétiniennes en 2018. Ce nouveau produit crée une opportunité pour Novartis d'entrer sur le marché croissant des traitements de la rétine aux Etats-Unis car actuellement Lucentis* est commercialisé par Roche Outre-Atlantique.
sl/san/APMnews

[SL0OZCKE7]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi