dépêche

 - 

Evaluation d'un test de diagnostic rapide pour le virus respiratoire syncytial

(Par Sylvie BURNOUF, à la Ricai)
PARIS, 18 décembre 2017 (APMnews) - Le test rapide de détection antigénique Sofia* RSV (Ingen) pour le diagnostic du virus respiratoire syncytial (VRS) présente une sensibilité de 77% dans la population générale et de 84% chez les patients de moins de 19 ans, selon des résultats présentés lundi lors de la Réunion interdisciplinaire de chimiothérapie anti-infectieuse (Ricai) organisée à Paris.
La bronchiolite touche 500.000 nourrissons chaque année et l'infection par le VRS humain en est la principale cause, a rappelé Charlotte Pronier du CHU de Rennes lors de la conférence. Ce virus est également responsable d'infections graves chez le sujet âgé de plus de 65 ans et immunodéprimé, a-t-elle ajouté.
Plusieurs systèmes de diagnostic sont disponibles -culture cellulaire, techniques de détection antigénique et PCR- avec des délais d'obtention des résultats plus ou moins longs et un coût plus ou moins élevé. Certains systèmes permettent en outre une détection combinée de plusieurs pathogènes, comme le virus de la grippe et le VRS.
Afin de définir la "meilleure stratégie diagnostique pour les virus respiratoires", la chercheuse et ses collègues ont mené une étude rétrospective dont le but était d'évaluer les performances du test rapide de détection antigénique Sofia* RSV pour le dépistage du VRS, qui combine immunochromatographie et immunofluorescence et permet un diagnostic rapide en 15 minutes.
Ils ont pour cela travaillé à partir de 147 échantillons respiratoires VRS-positifs provenant de 137 patients, dont 104 enfants et 33 adultes, prélevés sur la période hivernale 2016-2017. La séropositivité des échantillons avait été déterminée au préalable par des tests moléculaires de RT-CPR, soit par Anyplex* RV 16 Detection (Seegene) pour 73 échantillons, soit par Xpert* Flu/RSV XC (Cepheid) pour 74.
Avec un total de 113 échantillons sur 147 détectés comme positifs pour le VRS, le test Sofia* VRS présentait une sensibilité de 77%. Lorsque seuls les échantillons des patients de moins de 19 ans étaient pris en compte -tel que recommandé par le fournisseur-, la sensibilité était de 84%.
De plus, la charge virale en VRS influençait le résultat. La sensibilité du test passait à 95% (91 échantillons sur 95) lorsque seuls étaient considérés les échantillons des patients de moins de 19 ans dont la charge virale était suffisante (nombre de Ct obtenu par PCR inférieur ou égal à 28).
Ce test, qui "présente de bonnes performances analytiques en termes de sensibilité", est "pratique, simple et rapide à utiliser" et il a "l'avantage d'une lecture objective via un analyseur [sans intervention d'un opérateur] et une bonne traçabilité des résultats", a commenté Charlotte Pronier. Elle a estimé qu'il pourrait être "intéressant" pour les "centres pédiatriques en période épidémique et dans les laboratoires qui ne disposent pas de techniques de biologie moléculaire".
Toutefois, elle a noté qu'il existait une "problématique de cas de cocirculation et de co-infection virale" comme cela a été observé pendant l'hiver 2016-2017. Ce dernier a en effet été marqué par un contexte épidémique particulier avec une cocirculation de virus grippaux et de VRS. Dans ces conditions, "il apparaît plus pertinent d'avoir la détection combinée de la grippe et du VRS", comme proposé par Anyplex* RV 16 Detection ou Xpert* Flu/RSV XC, "d'autant que cela se fait à coût presque équivalent pour deux cibles détectées", a-t-elle estimé.
sb/vib/ab/APMnews

[SB4P15OER]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi