dépêche

 - 

Identification de nouveaux biomarqueurs de cancer du foie préclinique chez les patients à risque

WASHINGTON, 8 janvier 2018 (APMnews) - Des marqueurs biologiques susceptibles de dépister les carcinomes hépatocellulaires précliniques de façon plus fiable que l'alpha-foetoprotéine (AFP) ont été identifiés par une équipe chinoise qui rapporte ses travaux dans Hepatology.
Le carcinome hépatocellulaire est le 3e plus mortel au niveau mondial. Environ 50% des nouveaux cas de décès liés à ce cancer surviennent en Chine.
Bien que les facteurs de risque, comme la cirrhose du foie soient bien connus, le diagnostic précoce des carcinomes hépatocellulaires restent un défi, notamment en raison de la difficulté à distinguer ses symptômes de ceux de la cirrhose, expliquent Ping Luo de l'université de l'académie des sciences à Pékin et ses collègues.
Des méthodes d'imagerie, comme l'échographie et des biomarqueurs sériques, comme l'AFP sont couramment utilisés pour dépister le carcinome hépatocellulaire. Toutefois, en pratique, il reste difficile de distinguer les petits CHC des nodules cirrhotiques seulement à partir de l'imagerie. En outre, la sensibilité de l'AFP n'excède pas 65% pour les cancers cliniques et elle est inférieure à 40% pour les tumeurs précliniques.
De nombreux travaux ont identifié des biomarqueurs de fluides corporels (urine, sérum ou plasma) ou de tissu hépatique potentiels. Toutefois, ils étaient repérés dans de petites études pilotes et permettaient de différencier les CHC d'autres maladies hépatiques.
Les auteurs ont mis en oeuvre une analyse métabolomique couplant chromatographie liquide et spectrométrie de masse auprès de 1.448 personnes, parmi lesquelles des personnes saines, d'autres atteintes d'hépatite B, des patients atteints de cirrhose ou encore de CHC recrutés dans plusieurs centres chinois.
Ils ont ainsi identifié un biomarqueur métabolique associant phénylalanine-tryptophane et acide glycocholique, plus performant que l'AFP pour repérer les CHC dans une population cirrhotique à haut risque.
Selon une analyse cas-contrôle nichée, ce biomarqueur présentait une meilleure sensibilité pour détecter les CHC précliniques, et sa combinaison avec l'AFP permettait une meilleure détection du CHC avant son diagnostic clinique.
Ce nouveau biomarqueur était également plus fiable pour déceler les petits CHC: 80% des faux-négatifs générés par une analyse de l'AFP étaient correctement identifiés avec phénylalanine-tryptophane + acide glycocholique.
(Hepatology, publication avancée en ligne du 2 janvier)
vib/ab/APMnews

[VIB0P233NO]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi