dépêche

 - 

Rétinopathie diabétique: un risque d’aggravation après initiation du sémaglutide

WASHINGTON, 22 janvier 2018 (APMnews) - Un risque d’aggravation d’une rétinopathie diabétique apparaît après l’instauration du traitement par le sémaglutide (Ozempic*, Novo Nordisk), confirment de nouvelles analyses des études SUSTAIN parues dans Diabetes, Obesity and Metabolism.
Le risque d’aggraver une rétinopathie diabétique en améliorant rapidement le contrôle glycémique est connu après intensification d’un traitement par l’insuline, rappellent Tina Vilsboll, de l’université de Copenhague et ses collègues (cf dépêche du 28/12/1999 à 18:32).
Ce même risque a été observé après instauration du sémaglutide dans l’étude SUSTAIN-6, qui fait partie du programme de développement de cet analogue du GLP-1, financé par Novo Nordisk.
Les résultats publiés faisaient état d’un sur-risque de complications de rétinopathie diabétique (+76%) sous sémaglutide par rapport au placebo malgré un moindre risque de développer ou d’aggraver une rétinopathie (-36%) (cf dépêche du 16/09/2016 à 08:30).
Les auteurs montrent que, dans les essais SUSTAIN 1 à 5 et les essais japonais sur le sémaglutide, aucun sur-risque de rétinopathie ou de complications n’est apparu. Seul l’essai SUSTAIN-6 montre une plus forte proportion de rétinopathies dans le groupe sémaglutide et plus de complications associées.
D’après les auteurs, la majorité de l’effet constaté dans SUSTAIN-6 est attribuable à l’amplitude et la rapidité de la baisse du taux d’hémoglobine glyquée (HbA1c) observée au cours des quatre premiers mois de traitement chez les patients présentant une rétinopathie pré-existante, un mauvais contrôle glycémique initial et traités par insuline.
La combinaison d’une insulinothérapie en cours et d’une rétinopathie pré-existante semble identifier les patients à haut risque de développer des complications après initiation du sémaglutide.
Aucun sur-risque de complications de rétinopathie diabétique n’a en effet été observé chez les patients n’ayant pas de rétinopathie pré-existante, y compris parmi ceux sous insuline, insistent les auteurs.
Le risque d’aggravation observé sous sémaglutide rappelant celui observé après intensification du contrôle glycémique par insuline, les auteurs estiment que les mêmes recommandations devraient prévaloir, à savoir faire pratiquer un examen ophtalmologique avant toute tentative de normalisation rapide de la glycémie.
(Diabetes, Obesity and Metabolism, édition en ligne du 8 janvier 2018)
arg/vib/ab/APMnews

[VIB4P2Y4RP]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi