dépêche

 - 

Stratégie nationale de santé: le gouvernement dévoile 25 mesures pour développer la prévention

PARIS, 26 mars 2018 (APMnews) - Le gouvernement a présenté lundi matin, à l'occasion d'un comité interministériel de la santé, les 25 mesures du volet "prévention" de la stratégie nationale de santé 2018-2022, qui visent 5 priorités: le temps périnatal et la petite enfance, la santé des enfants et des jeunes, la santé de 25 à 65 ans, la santé des personnes en situation de handicap et la santé des plus de 65 ans.
Le comité interministériel s'est tenu au sein de l'agence Santé publique France, à Saint-Maurice (Val-de-Marne).
La stratégie nationale de santé (SNS), présentée en décembre 2017 (cf dépêche du 20/12/2017 à 17:11) et publiée au Journal officiel en janvier 2018 (cf dépêche du 02/01/2018 à 18:02), comprend 4 axes majeurs: la prévention et la promotion de la santé dans tous les milieux et tout au long de la vie, la lutte contre les inégalités sociales et territoriales d’accès à la santé, la nécessité de garantir la qualité, la sécurité et la pertinence des soins, et l’innovation.
Le tout est articulé avec le plan de transformation du système de santé présenté par le gouvernement en février (cf dépêche du 13/02/2018 à 08:49).
"Une vraie politique de prévention permettrait de préserver près de 100.000 vies par an", commente le premier ministre, Edouard Philippe, dans un dossier remis à la presse en marge du comité interministériel, dans lequel il déplore le retard de la France. "C’est la raison pour laquelle, pour la première fois en France, c’est l’ensemble du gouvernement qui s’engage résolument pour que la prévention ne soit plus seulement un concept mais une réalité", poursuit-il.
"La mortalité prématurée demeure encore trop élevée, tout comme les inégalités de mortalité et de morbidité -entre hommes et femmes, entre territoires et entre groupes sociaux [...] Ces inégalités sont inacceptables", indique la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, également citée dans le dossier de presse. "Pour les combattre, nous devons intervenir le plus tôt possible et tout au long de la vie des Français, sur les facteurs de risque, ainsi que sur les déterminants socio-environnementaux", ajoute-t-elle.
Pour renforcer la prévention et mettre en oeuvre le premier axe de la SNS, le gouvernement a prévu 25 mesures regroupées en 5 priorités.
  • le temps périnatal et la petite enfance (3 mesures):
  • supplémenter en vitamine B9 les femmes enceintes et en désir de maternité
  • mieux prévenir les consommations à risque et mieux repérer les addictions pendant la grossesse
  • créer un site internet de référence et mener une campagne de communication afin d'informer la population sur les risques des produits chimiques de consommation courante
  • la santé des enfants et des jeunes (10 mesures):
  • mettre en place un parcours santé des 0-6 ans
  • prévenir l'obésité chez les enfants par un promotion renforcée de l'activité physique
  • renforcer l’offre médicale dans les territoires ultra-marins en créant une centaine de postes d’assistants spécialistes "outre-mer" et en améliorant l’attractivité de ce statut
  • promouvoir la santé à l'école
  • prévenir les risques auditifs chez les jeunes
  • expérimenter le "Pass préservatif" pour les moins de 25 ans
  • renforcer les interventions des consultations jeunes consommateurs (CJC) (drogues, alcool, tabac, écrans, jeux...)
  • proposer systématiquement un accompagnement spécialisé des jeunes admis aux urgences ou hospitalisés après un épisode d’alcoolisation massive
  • former 80% de la population aux gestes de premiers secours
  • former les étudiants aux premiers secours en santé mentale
  • la santé de 26 à 65 ans (8 mesures):
  • passer du forfait au remboursement classique concernant les traitements d’aide à l’arrêt du tabac
  • intensifier les actions de prévention et de dépistage à destination des publics les plus exposés pour contribuer à l’élimination du virus de l’hépatite C en France à l’horizon 2025
  • introduire un dépistage organisé du cancer du col de l’utérus
  • simplifier le parcours vaccinal et s’engager vers la généralisation de la vaccination antigrippale par les pharmaciens
  • étendre le logo de qualité nutritionnelle Nutri-Score à la restauration collective et commerciale et aux produits alimentaires manufacturés non pré-emballés
  • réduire la consommation de sel de 20% dans la population française
  • mobiliser les industriels pour réduire l’exposition des consommateurs aux perturbateurs endocriniens
  • mobiliser les fédérations sportives au service de la santé lors des événements sportifs
  • la santé des personnes en situation de handicap (1 mesure):
  • mieux prendre en compte les besoins de santé des personnes en situation de handicap
  • la santé des plus de 65 ans (3 mesures):
  • mettre en place au moins une action de médiation auprès des personnes âgées isolées ou précaires par département
  • prévenir la perte d’autonomie en agissant dans les milieux de la vie
  • organiser les soins bucco-dentaires en établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad).
Agnès Buzyn a estimé dimanche au micro de France Inter que ce "grand plan de prévention" comportaient des mesures "extrêmement concrètes", "qui vont permettre aux Français de moins tomber malades et de préserver des vies". "Nous sommes très mauvais en prévention en France, nous avons un système de santé qui ne finance que les soins une fois qu’on est malade et qui finance très mal les actions de prévention", a-t-elle considéré.
"L’objectif de ces mesures est également de développer une culture commune de la prévention en santé, au sein du gouvernement et plus largement une culture partagée par tous les Français [...] Ces actions sont évolutives et seront adaptées tout au long du quinquennat", indique le gouvernement dans le dossier de presse, qui chiffre le montant de l'investissement dans la prévention à 400 millions € pour 5 ans.
A ces 25 mesures s'ajoute le service sanitaire des étudiants en santé, qui entrera en vitesse de croisière à la rentrée 2018 (cf dépêche du 26/02/2018 à 14:00, dépêche du 26/02/2018 à 19:15 et dépêche du 27/02/2018 à 09:11).
Afin de "faciliter la mise en oeuvre des actions de promotion de la santé dans tous les milieux de la vie", le gouvernement déploie également à l'échelle nationale le site internet et l'application mobile sante.fr, "espace de confiance favorisant l’accès des citoyens vers une information de référence, accessible, pertinente et actionnable". Une expérimentation est en cours depuis début 2017 à l'échelle francilienne et doit couvrir l'ensemble du territoire au premier semestre 2019.
bd/gb/APMnews

[BRD8P63J15]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi