dépêche

 - 

Neuropathie optique de Leber: une thérapie génique améliore la vision... même dans l'oeil non traité

PARIS, 4 avril 2018 (APMnews) - L'injection d'un vecteur de thérapie génique dans un oeil chez des patients souffrant de neuropathie optique héréditaire de Leber a amélioré leur vision, non seulement dans l'oeil traité mais aussi de façon inattendue dans l'oeil non traité, a annoncé la société GenSight Biologics dans un communiqué mardi.
La neuropathie optique héréditaire de Leber (NOHL) est une maladie due à des mutations dans l'ADN mitochondrial, conduisant à une dégénérescence des cellules ganglionnaires de la rétine et, en moins d'un an, une perte brutale et irréversible de la vision entraînant généralement la cécité, chez des adolescents ou jeunes adultes.
Le composé GS010 vise à traiter les cas liés à une mutation spécifique, G11778A dans le gène ND4. Il s'agit d'un vecteur adéno-associé (AAV), qui porte la version non mutée du gène ND4, dans le but de produire une protéine fonctionnelle.
L'étude de phase III REVERSE dont fait état GenSight a inclus 37 patients présentant cette mutation et dont la perte de vision a débuté entre 6 et 12 mois avant le traitement. Ils ont reçu une injection intravitréenne unique de GS010 dans un seul oeil.
Selon les résultats préliminaire à 48 semaines, une amélioration cliniquement significative de la vision, de +11 lettres ETDRS (-0,218 LogMAR), a été mesurée dans les yeux traités des 37 sujets.
Mais de façon "inattendue", une amélioration de même niveau a aussi été observée dans les yeux non traités (qui avaient reçu une injection sham).
"En raison de cette amélioration des yeux non traités, l'essai n'a pas atteint son critère d'évaluation principal, défini comme une différence d'amélioration de l'acuité visuelle entre les yeux traités par GS010 et les yeux non traités après 48 semaines de suivi", indique le laboratoire.
Cette amélioration de l'acuité visuelle dans les yeux non traités était "inattendue compte tenu de l'histoire naturelle de la NOHL, pour laquelle une guérison spontanée partielle est rapportée chez seulement 8% à 22% des patients avec la mutation G11778 ND4", précise-t-il.
"Nous allons continuer à analyser les données pour mieux comprendre ces résultats, mais ils suggèrent que GS010 améliore la vision dans les deux yeux d'une manière qui reste à comprendre", commente Bernard Gilly, directeur général de GenSight Biologics, dans le communiqué.
Des critères secondaires de l'essai évalués par tomographie par cohérence optique à domaine spectral à haute résolution (SD-OCT) sont quant à eux améliorés spécifiquement dans les yeux traités. C'est le cas du volume maculaire des cellules ganglionnaires de la rétine et de l'épaisseur du quadrant temporal et du faisceau papillomaculaire de la couche de fibres nerveuses rétiniennes.
Le Pr José-Alain Sahel, directeur de l'Institut de la vision à Paris, chef du service d'ophtalmologie à l'hôpital des XV-XX et cofondateur de GenSight, y voit "une preuve incontestable et objective que cette thérapie génique protège l'intégrité d'un grand nombre de cellules ganglionnaires des dommages causés par la NOHL".
Et le Dr Robert Sergott, directeur du Wills Eye Hospital à Philadelphie, souligne que "les cibles biologiques de la thérapie génique ont été atteintes avec succès dans les yeux traités, et pas dans les yeux non traités".
Une autre étude de phase III, RESCUE, est en cours et donnera des résultats préliminaires au troisième trimestre. Il s'agit d'un essai en double masqué, contrôlé par sham. La phase III REFLECT, en double masqué, contrôlée par placebo, vise quant à elle à évaluer la sécurité et l'efficacité d'injections bilatérales. Elle a débuté en mars.
fb/gb/APMnews

[FB1P6M952]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi