dépêche

 - 

Douleur: 60 Millions de consommateurs appelle à privilégier le paracétamol sur l'ibuprofène et écarter l'aspirine

PARIS, 30 avril 2018 (APMnews) - La revue 60 Millions de consommateurs s'est penchée, dans son numéro de mai, sur les antidouleurs en automédication et conseille d'éviter l'aspirine et de privilégier le paracétamol à l'ibuprofène.
Si ces trois molécules sont d'usage très courant, elles ne sont pas dénuées de risque, relève 60 Millions de consommateurs, qui juge que le profil bénéfice/risque est favorable au paracétamol "qui est de loin celui qui présente le meilleur rapport". Il comporte toutefois un risque de toxicité hépatique, notamment s'il est associé à une consommation importante d'alcool, rappelle le mensuel.
Parmi les 11 spécialités mentionnés, deux sont définies comme un "premier choix": Dafalgan* (Upsa, groupe Bristol-Myers Squibb) et Doliprane* (Sanofi, mais avec des réserves sur l'intolérance au gluten ou au lactose -pour le 500 mg en comprimés-, en cas de régime limité en sel -pour le 500 et le 1.000 mg en comprimés effervescents- ou de régime sans sucre pour le 1.000 mg en solution buvable).
Doliprane* Orodoz* 500 mg est conseillé "faute de mieux", avec des réserves sur l'aspartame. Quatre produits sont "à éviter", notamment en raison de leur "additif controversé": Doliprane* 1.000 mg en gélules, Efferalgan* 1 g et Efferalgan* vitamine C (Upsa) et Paracétamol Biogaran* 500 mg (Servier). Claradol 500 mg caféine* (Bayer) est "à proscrire".
L'ibuprofène, classé comme "second choix" par la revue car ses effets indésirables potentiels sont plus nombreux, exerce également une "action utile". La spécialité Antarène Gé* 200 mg (Elerte) ressort en tête.
Trois autres médicaments sont aussi en second choix, sauf en cas de régime sans sucre ou limité en sel: Advil* 200 mg (Pfizer), Nurofen* 200 mg (Reckitt Benckiser) et Spedifen* 400 mg (Zambon). En 400 mg, Nurofen* et Spedifen*, ainsi qu'Ibuprofène Mylan* sont à éviter, juge le mensuel. Ibuprofène Arrow* est même "à proscrire" en raison d'un "additif préoccupant".
Quant à l'aspirine, le rapport bénéfice/risque est présenté comme négatif, notamment en raison de forts effets indésirables comme la toxicité rénale et hépatique et les risques de saignement gastro-intestinaux. Toutes les spécialités évaluées (dont Aspégic*, Sanofi, et Aspirine Upsa* -BMS) sont à éviter, et Aspirine du Rhône* (Bayer) et Aspro Caféine* (Bayer) sont à proscrire.
yb/eh/APMnews

[YB0P7ZOX9]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi