dépêche

 - 

Contraception: taux d'abandon similaire à 12 mois entre Jaydess* et Nexplanon*

WASHINGTON, 30 avril 2018 (APMnews) - Chez les femmes initiant une contraception avec le système intra-utérin libérant du lévonorgestrel à 8 µg/j (SIU-LNG 13,5) Jaydess* (Skyla* aux Etats-Unis, Bayer) ou avec l'implant sous-cutané libérant l'étonogestrel Nexplanon* (Merck&Co), le taux d'arrêt du traitement à 12 mois est similaire, montre une étude américaine menée en vie réelle publiée dans Contraception.
Des taux d'arrêt à 12 mois entre 17% et 21% pour le SIU-LNG 13,5 et de 20% pour l'implant à l'étonogestrel ont été rapportés dans les essais cliniques. Un essai de phase III, en ouvert, publié en 2016, mené dans 6 pays européens, a montré un taux d'arrêt du traitement à 12 mois significativement plus bas pour le LNG-IUS 13,5 que pour l'implant à l'étonogestrel (19,6% contre 26,8%), rappellent Amy Law de Bayer HealthCare à Whippany (New Jersey) et ses collègues.
Ils ont réalisé une étude en vie réelle sur une population américaine cette fois, à partir d'une base de données commerciale des demandes de remboursement. Ils ont comparé 3.680 femmes ayant reçu un SIU-LNG 13,5 et 23.770 femmes ayant reçu un implant à l'étonogestrel, ayant bénéficié d'une couverture de santé continue 12 mois avant et 12 mois après la pose de ces contraceptifs.
L'arrêt du traitement, identifié dans la même base de données, était défini par la présence d'une demande de remboursement de soins liés à une grossesse, une hystérectomie, une stérilisation féminine, une autre méthode contraceptive ou le retrait du dispositif sans ré-insertion dans les 30 jours suivants.
Les taux d'arrêt à 12 mois ont été de 24,9% pour le SIU-LNG 13,5 et de 24,0% pour l'implant à l'étonogestrel. La probabilité d'arrêt de la méthode de contraception était similaire dans les 2 groupes, avec un hazard ratio de 0,97.
La tendance était la même parmi les femmes qui avaient utilisé auparavant au moins un contraceptif, avec des taux d'arrêt à 12 mois de 28,2% dans le groupe SIU-LNG 13,5 et de 28,6% dans le groupe implant à l'étonogestrel.
"Dans la vie réelle, nous avons trouvé que les femmes adultes utilisant le SIU-LNG 13,5 et l'implant à l'étonogestrel ont des taux d'arrêt similaires à 12 mois", concluent les auteurs.
(Contraception, publication en ligne du 21 avril)
cd/eh/APMnews

[CD3P7ZQEU]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi