dépêche

 - 

L'effet neurocognitif bénéfique de l'allaitement maternel chez l'enfant diminue avec le temps

WASHINGTON, 7 mai 2018 (APMnews) - Les bénéfices de l'allaitement maternel observés sur le développement neurocognitif chez l'enfant s'amenuisent avec le temps, selon une large étude internationale publiée dans PLOS Medicine, montrant qu'à 16 ans, seul un léger bénéfice sur la fonction verbale persiste.
L'allaitement maternel a montré des effets bénéfiques sur le développement neurocognitif jusqu'à l'adolescence, mais principalement sur la base d'études observationnelles. Un large essai randomisé, PROBIT, avait montré un QI plus élevé chez les enfants âgés de 6 ans et demi assignés à la naissance à une intervention visant à promouvoir l'allaitement maternel, par rapport aux contrôles. Le QI global des enfants dans le groupe d'intervention était plus élevé de 5,9 points que dans le groupe contrôle, et le QI portant sur la fonction verbale était plus élevé de 7,5 points, rappellent les auteurs.
Les résultats initiaux de PROBIT sur le taux d'allaitement maternel avaient montré que, dans le groupe d'intervention, le taux d'allaitement exclusif pendant au moins 3 mois était de 45,2% contre 6,9% dans le groupe contrôle.
Seungmi Yang de l'université McGill à Montréal et ses collègues ont voulu voir si ce bénéfice persistait à l'adolescence, en analysant les capacités neurocognitives à l'âge de 16 ans de 13.427 des 13.557 participants à l'essai PROBIT suivis à 16 ans. La fonction neurocognitive des adolescents a été évaluée au moyen de la batterie de tests NeuroTrax, auto-administrés, comportant 10 sous-tests évaluant les domaines verbaux et non verbaux de la fonction cognitive.
Après ajustement en fonction des caractéristiques des cliniques où étaient suivis les enfants, les chercheurs n'ont pas mis en évidence de différence statistiquement significative entre les scores aux tests cognitifs des 2 groupes.
En ajustant encore en fonction des caractéristiques initiales, ils ont mis en évidence des scores légèrement plus élevés pour la fonction verbale (+1,4 point) et la mémoire (+1,2 point) chez les adolescents du groupe d'intervention.
Chez les adolescents qui avaient bénéficié d'un allaitement exclusif pendant au moins 3 mois, le score de fonction verbale était plus élevé de 3,5 points par rapport à ceux allaités moins de 3 mois. Il n'y avait en revanche pas de différence dans les autres domaines.
"Les résultats de nos observations à l'âge de 16 ans associés à ceux observés à l'âge de 6 ans et demi suggèrent que les effets à long terme de l'allaitement maternel sur le développement neurocognitif diminuent en amplitude avec l'âge, et qu'un bénéfice persistant semble se limiter à la fonction verbale", concluent les auteurs.
(PLOS Medicine, publication en ligne du 20 avril)
cd/eh/APMnews

[CD2P8CWEC]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi