dépêche

 - 

Agnès Buzyn annoncera mercredi son plan sur la prise en charge des personnes âgées

PARIS, 28 mai 2018 (APMnews) - La ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, a annoncé dimanche sur BFMTV qu'elle présenterait mercredi sa "feuille de route" sur la prise en charge des personnes âgées.
Agnès Buzyn doit faire des annonces en clôture d'une journée de rencontre entre la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) et l'Assemblée des départements de France (ADF), a appris APMnews auprès du ministère.
Lors de l'émission BFM Politique dimanche, la ministre a déclaré que ce plan visera d'abord à "répondre aux problèmes aigus des Ehpad (établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes).
"Et puis, j'ouvre une grande concertation de moyen-long terme sur comment nous allons penser une société plus inclusive pour prendre en charge nos aînés", a-t-elle ajouté.
En vue de préparer sa "feuille de route sur l'adaptation du système de santé au vieillissement", la ministre avait organisé fin mars une rencontre avec les fédérations représentant les Ehpad, rappelle-t-on (cf dépêche du 27/03/2018 à 18:51).
Figureront parmi "les mesures immédiates" des décisions "pour aider les Ehpad en difficulté" et faire en sorte qu'il "n'y ait pas de perdants" dans le cadre de la réforme de la tarification, a indiqué la ministre.
En avril, le ministère avait, à la suite de la remise du rapport du médiateur Pierre Ricordeau, décidé de la neutralisation en 2018 et 2019 des effets de la baisse de moyens sur le forfait dépendance de certains Ehpad, rappelle-t-on (cf dépêche du 18/04/2018 à 12:18 et dépêche du 24/05/2018 à 11:36). Il avait également annoncé des réunions de travail avec les fédérations et l’ADF pour aboutir d'ici l'automne à un ajustement du décret relatif au tarif dépendance.
Parmi les mesures "immédiates" du plan, Agnès Buzyn a également évoqué dimanche la mise en oeuvre de "beaucoup plus de moyens pour des infirmières de nuit et pour des soignants". Par ailleurs, "nous allons travailler sur la formation des professionnels autour des personnes âgées, sur les carrières des personnels. Les aides-soignantes aujourd'hui, nous le savons, ont des perspectives de carrière extrêmement faibles et ça peut être décourageant pour des jeunes de s'engager dans cette carrière, on en trouve de moins en moins", a-t-elle déclaré.
Interrogée sur les rémunérations, la ministre a pointé qu’elles "sont fixées [pour] la fonction publique hospitalière, mais [qu’il] y a une grande partie du secteur qui est privé". Renvoyant aux négociations de branche, elle a répondu ne pas pouvoir "intervenir dans la rémunération de ce secteur".
Quant au modèle de société que la ministre appelle de ses voeux (cf dépêche du 19/04/2018 à 10:10), "aujourd'hui, nous avons un système qui est essentiellement fondé sur le rassemblement de personnes âgées très dépendantes dans les Ehpad", a-t-elle de nouveau constaté, rappelant que le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) a récemment publié un avis sur les enjeux éthiques du vieillissement (cf dépêche du 16/05/2018 à 14:00), avec lequel elle est "tout à fait d'accord".
Il faut "ramener les personnes âgées dans la société. C'est vrai aussi pour les personnes en situation de handicap. Cela veut dire mieux accompagner à domicile, prévenir la perte d'autonomie, faire en sorte que les gens restent autonomes le plus longtemps possible et qu'on les accueille dans notre société", a-t-elle développé.
Sur le volet du financement de la dépendance, elle a répété qu’une éventuelle deuxième journée de solidarité était une piste parmi d’autres et que "le président de la République n'[y avait] pas fermé la porte".

Hôpital: des annonces d'Emmanuel Macron attendues

Interrogée sur la grogne des personnels hospitaliers, notamment dans le cadre de la grève dans la fonction publique le 22 mai (cf dépêche du 22/05/2018 à 20:01), la ministre a rappelé que la stratégie de transformation du système de santé (cf dépêche du 09/03/2018 à 14:20) allait être présentée en juin, sans plus de précision.
"En acceptant de dire qu'il y avait un malaise, je pense que j'ai libéré la parole des hospitaliers. J'ai créé de l'attente, mais ça y est, nous arrivons avec des réformes", a-t-elle commenté.
Elle a évoqué "une réforme qui va toucher l'hôpital et la gestion des ressources humaines à l'hôpital, pour améliorer la qualité de vie des soignants". Considérant "qu’il y a énormément de gens dans les hôpitaux alors qu'ils pourraient être pris en charge autrement" et que le "système de santé est fragmenté", elle a de nouveau insisté sur les questions "d'organisation du travail, des filières de soins".
La réforme "va donner des moyens au travail en équipes, à la coordination, au lien entre la ville et notamment les hôpitaux de proximité et les équipes de soins en ambulatoire", a-t-elle esquissé.
Dans une tribune publiée dans le Journal du dimanche, Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France (FHF), a qualifié la réforme attendue du système de santé d'"occasion historique" qui ne doit pas se "résumer à un simple colmatage du système actuel".
"Dans quelques semaines, Emmanuel Macron va dévoiler les détails de la transformation qu'il envisage. Je ne peux que l'engager à organiser une véritable concertation, sans laquelle sa réforme sera un rendez-vous manqué", a-t-il plaidé.
mlb/eh/APMnews

[MLB1P9DWPN]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi