dépêche

 - 

Les médicaments anti-Alzheimer bientôt déremboursés (presse)

PARIS, 28 mai 2018 (APMnews) - Un arrêté signé notamment par la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, doit être publié prochainement pour radier les médicaments à visée symptomatique de la maladie d'Alzheimer de la liste des spécialités pharmaceutiques pris en charge par l'assurance maladie, a rapporté Le Monde lundi matin.
Confirmant une information de Libération vendredi, Le Monde indique que le texte doit être publié "dans les prochains jours".
Cette décision vise quatre molécules aujourd'hui génériquées: le donépézil initialement développé par Eisai (Aricept*), la galantamine par Janssen (Reminyl*) et la rivastigimine par Novartis (Exelon*) dans les formes légères à modérément sévères de la maladie ainsi que la mémantine, initialement développée par Lundbeck (Ebixa*) dans les formes modérées à sévères, rappelle-t-on.
Elle fait suite à la publication du guide parcours de soins que la Haute autorité de santé (HAS) a présenté vendredi (cf dépêche du 25/05/2018 à 18:05). L'agence y souligne l'importance du diagnostic précoce même en l'absence de médicaments efficaces.
Agnès Buzyn avait indiqué en septembre 2017 à APMnews que ces médicaments seraient déremboursés à la condition que "des parcours de soins de qualité" puissent être proposés aux malades, rappelle-t-on.
La ministre suit de cette manière les avis que la commission de la transparence (CT) avait rendus en octobre 2016 alors qu'elle présidait le collège de la HAS (cf dépêche du 21/10/2016 à 15:41) et vient clore des années de polémique.
Les médicaments anti-Alzheimer ont fait l'objet de vifs débats, défendus par la majorité des neurologues (cf dépêche du 13/04/2017 à 17:50 et dépêche du 16/06/2016 à 18:16) et des patients (cf dépêche du 21/10/2016 à 18:44), mais décriés par d'autres, notamment les médecins généralistes (cf dépêche du 04/11/2016 à 18:39), en particulier lorsque Marisol Touraine avait décidé de maintenir leur remboursement en avril 2017 après une réévaluation défavorable de la CT (cf dépêche du 26/10/2016 à 10:24).
La précédente réévaluation de la CT en 2011 avait conduit à un abaissement du taux de remboursement de ces médicaments à 15% (cf dépêche du 04/11/2011 à 11:22) mais la prise en charge dans le cadre d'une affection de longue durée (ALD) restait à 100%.
L'assurance maladie avait indiqué à APMnews qu'elle avait choisi "de ne pas pénaliser les patients" pris en charge pour une autre ALD que l'ALD 15 (maladie d'Alzheimer et autres démences) et qu'ils bénéficieraient aussi d'une prise en charge à 100% des médicaments symptomatiques "dès lors qu'ils sont inscrits dans la zone 100% de l'ordonnance bizone".
Selon un rapport remis à Marisol Touraine en avril 2017, le coût des médicaments anti-Alzheimer était estimé à 90,3 millions € en 2015, contre 205,7 millions € en 2012, une baisse qui était liée à la fois à la baisse des volumes et à l'introduction des génériques, rappelle-t-on (cf dépêche du 11/04/2017 à 16:58). Un expert avait appelé à ce que les économies générées par le déremboursement servent à financer des postes d'aidants (cf dépêche du 28/10/2016 à 16:30).
ld/eh/APMnews

[LD6P9FL2I]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi