dépêche

 - 

Données rassurantes sur l'impact potentiel des bisphosphonates sur la fonction rénale

PRAGUE, 29 août 2018 (APMnews) - Les bisphosphonates oraux pour le traitement de l'ostéoporose ne semblent pas favoriser la survenue d'atteintes aiguës rénales ni avoir d'effets délétères chez les patients atteints de maladie rénale chronique, suggèrent plusieurs études présentées à l'International Conference on Pharmacoepidemiology & Therapeutic Risk Management (ICPE), en fin de semaine dernière à Prague.
Les bisphosphonates oraux sont soupçonnés d'être néphrotoxiques et sont notamment contre-indiqués chez les patients avec une maladie rénale chronique sévère. Cependant, les données manquent dans ce domaine alors que les bisphosphonates ont un intérêt chez ces malades qui présentent un risque accru de fracture.
Dans une première étude, des chercheurs australiens, espagnols et britanniques ont évalué la mortalité chez des insuffisants rénaux chroniques au stade 4+ (très sévère), avec 45.146 utilisateurs de bisphosphonates et 86.127 non-utilisateurs.
Selon les données de suivi disponibles, le taux de décès était de respectivement 32% et 42%.
L'analyse des données n'a pas mis en évidence d'interactions entre le recours à des bisphosphonates avec le genre, les antécédents de fracture ni le stade de la maladie rénale.
Après ajustement pour les facteurs potentiels de confusion, le risque de décès toutes causes confondues n'était pas plus élevé chez les patients prenant des bisphosphonates.
Dans une deuxième communication, une équipe anglo-espagnole a examiné l'association entre la prise de bisphosphonates et d'atteinte rénale aiguë notamment chez des patients avec une maladie rénale chronique de stade 3B+.
L'étude a porté sur 10.701 patients exposés aux médicaments anti-ostéoporotiques et 42.489 patients contrôles appariés sur score de propension, identifiés dans deux bases de données nationales.
Le risque de survenue d'une atteinte rénale aiguë jusqu'à 210 jours de suivi après l'initiation des bisphosphonates était inexistant par rapport aux patients ne prenant pas ces médicaments.
Une troisième communication a été faite par une équipe danoise, qui a examiné précisément le risque d'atteinte rénale aiguë associé aux bisphosphonates parmi 21.515 patients âgés opérés de la hanche entre 2005 et 2016. Parmi eux, 7,6% utilisaient ces médicaments au moment de l'intervention (jusqu'à 90 jours avant) et 2,5% en avaient pris entre 91 et 365 jours avant.
Le risque d'atteinte rénale aiguë à 5 jours était de 12% à la fois chez les patients sous bisphosphonates au moment de l'intervention et chez ceux qui avaient déjà pris ces médicaments, contre 15% parmi les patients n'en ayant pas pris au cours de l'année écoulée, des différences qui n'étaient pas statistiquement significative.
Parmi les patients ayant eu une atteinte rénale aiguë, la mortalité à 30 jours et à un an était similaire dans les trois groupes au plan statistique, respectivement de 13% et 22%, 15% et 24% et enfin, 16% et 26%.
ld/ab/APMnews

[LD1PE7PKW]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi