dépêche

 - 

L'amisulpride efficace en traitement de secours des nausées et vomissements postopératoires

WASHINGTON, 17 décembre 2018 (APMnews) - L'amisulpride intraveineux (Baremsis*, ex-APD421, Acacia Pharma) est efficace pour le traitement de secours des nausées et vomissements postopératoires, après échec d'un traitement prophylactique, selon les résultats d'un essai de phase III publiés dans Anesthesiology.
Le fait d'administrer une nouvelle dose d'ondansétron pour traiter les nausées et vomissements postopératoires après échec de celui-ci en prophylaxie s'est montré inefficace et est déconseillé par les recommandations de consensus ainsi que par l'autorisation de mise sur le marché (AMM) de l'ondansétron elle-même. Néanmoins, cela reste une pratique courante, soulignent Ashraf Habib du Duke University Medical Center à Durham (Caroline du Nord) et ses collègues. Il n'existe actuellement pas de traitement standard accepté pour le traitement de secours des nausées et vomissements postopératoires après échec d'une prophylaxie, notent-ils.
L'antagoniste des récepteurs de la dopamine D2/D3 amisulpride a précédemment montré des résultats de phase III positifs en prévention des nausées et vomissements postopératoires, en ajout à un autre anti-émétique standard non dopaminergique, rappelle-t-on (cf dépêche du 11/04/2018 à 12:19).
Dans ce nouvel essai, 2.285 patients adultes opérés sous anesthésie générale inhalée et recevant une prophylaxie anti-émétique standard non antagoniste dopaminergique, ont été recrutés au Canada, en France, en Allemagne et aux Etats-Unis. Parmi eux, 702 ont eu un épisode de nausées ou vomissements postopératoires dans les 24 heures suivant la chirurgie, et ont été randomisés entre une dose unique de 5 mg ou 10 mg d'amisulpride intraveineux et un placebo.
Une réponse complète, définie par l'absence de vomissements ou de recours à des anti-émétiques dans les 24 heures après l'administration de l'amisulpride ou du placebo, en excluant les vomissements dans les 30 premières minutes, a été obtenue chez 41,7% des patients ayant reçu 10 mg d'amisulpride contre 28,5% sous placebo. La différence était statistiquement significative.
Le taux de réponse complète sous amisulpride 5 mg (33,8%) n'était pas significativement différent du placebo.
Le nombre d'évènements indésirables et la proportion de patients avec au moins un effet indésirable étaient comparables entre les groupes placebo et amisulpride.
(Anesthesiology, publication en ligne du 19 novembre)
cd/gb/APMnews

[CD2PJVKUE]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi