dépêche

 - 

La consommation de fromage à 18 mois associée à un risque réduit de dermatite atopique et d'allergie alimentaire

PARIS, 17 décembre 2018 (APMnews) - La consommation de fromage à l'âge de 18 mois était inversement corrélée au risque de dermatite atopique et d'allergie alimentaire à 6 ans au sein de la cohorte européenne PASTURE, selon des résultats diffusés lundi par l'Institut national de la recherche agronomique (Inra).
L'étude PASTURE (Protection against Allergy - Study in Rural Environnements) a déjà montré le rôle protecteur de la vie à la ferme contre les maladies allergiques (cf dépêche du 31/05/2006 à 19:22).
Etant donné la quantité et la diversité "considérable" de bactéries, de levures et de moisissures des fromage, Sophie Nicklaus de l'Inra à Dijon (AgroSup, CNRS, université de Bourgogne-Franche-Comté) et ses collègues ont cherché à savoir si la consommation de fromage pendant la petite enfance était corrélée au risque allergique plus tard dans l'enfance.
Cette cohorte est menée dans 5 pays (Autriche, Finlande, France, Allemagne, Suisse). La consommation de fromage à 18 mois était déterminée en termes de diversité et de fréquence.
Parmi les 931 enfants pour lesquels les auteurs disposaient de données à 6 ans, environ la moitié (48%) était élevée par des fermiers. Seulement 7,5% des enfants n'avaient jamais consommé de fromage à 18 mois. La majorité (66%) avait reçu un seul type de fromage. En France, le fromage le plus consommé à 18 mois était le Comté, en Autriche et en Allemagne, le Gouda, en Suisse le Tilsit et en Finlande l'Edam.
Le score de diversité n'était pas significativement différent entre les enfants élevés à la ferme et les autres.
Par rapport aux enfants qui, à 18 mois, n'avaient pas mangé de fromage, ceux qui en avaient déjà consommé présentaient à 6 ans un risque de dermatite atopique réduit de 49% et un risque d'allergie alimentaire réduit de 68%. Ces associations étaient inchangées lorsque les résultats étaient ajustés en fonction de la consommation de lait entier.
Les résultats n'étaient pas significatifs pour l'asthme et la rhinite allergique.
Les risques de dermatite atopique et d'allergie alimentaire diminuaient lorsque la diversité des fromages consommés à 18 mois augmentait.
Les chercheurs ont conduit une analyse en sous-groupe afin d'évaluer l'effet potentiel de "causalité inverse": le fait que les enfants allergiques à 18 mois ne mangent pas de fromage peut fausser les résultats.
En supprimant les enfants atteints d'allergie alimentaire à 18 mois de l'analyse, les associations n'étaient plus significatives. Si les auteurs reconnaissent qu'ils ne peuvent pas exclure un effet de causalité inverse, ils estiment que cela est plutôt lié à une perte de puissance de l'étude étant donné que la majorité des enfants allergiques à 6 ans l'étaient déjà à 18 mois.
vib/nc/APMnews

[VIB5PJW2UI]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi