dépêche

 - 

Sanofi et Regeneron réduisent leur collaboration en immuno-oncologie

PARIS, TARRYTOWN (New York), 7 janvier 2019 (APMnews) - Sanofi et Regeneron ont annoncé lundi dans un communiqué commun la restructuration de leur collaboration mondiale pour la recherche, le développement et la commercialisation de nouveaux anticorps anticancéreux en immuno-oncologie, désormais réduite à deux anticorps bispécifiques au stade clinique.
L'accord noué en juillet 2015 (cf dépêche du 28/07/2015 à 10:33) devait prendre fin vers la mi-2020. Il désignait Regeneron comme responsable de la recherche, de la génération des anticorps et du développement jusqu'à la preuve de concept, stade auquel Sanofi avait la possibilité de prendre part à la suite du développement et à la commercialisation.
Dans le cadre de cet accord, qui se poursuit après restructuration, les deux laboratoires dirigent en alternance le développement et la commercialisation à partir du moment où Sanofi prend part à un programme sur un anticorps et partagent à parts égales les bénéfices mondiaux tirés de la vente des anticorps issus de la collaboration, rappelle-t-on.
La collaboration a notamment mené au développement de l'immunothérapie anti-PD-1 Libtayo* (cémiplimab) pour le traitement du carcinome épidermoïde cutané au stade avancé, qui a obtenu l'approbation de la Food and Drug Administration aux Etats-Unis fin septembre 2018 (cf dépêche du 08/09/2017 à 19:14).
L'accord se poursuit autour du seul développement des anticorps bispécifiques BCMAxCD3 et MUC16xC3, respectivement dans le myélome multiple et les cancers exprimant la protéine mucine 16, indiquent Sanofi et Regeneron lundi.
La collaboration pour le développement et la commercialisation de Libtayo* n'est pas concernée par les modifications apportées à l'accord.
Cette restructuration "confère à Sanofi une plus grande marge de manoeuvre pour poursuivre indépendamment ses projets de développement en immuno-oncologie au stade précoce, tout en permettant à Regeneron de conserver l'intégralité des droits sur ses autres programmes de recherche et développement en immuno-oncologie", précisent les deux entreprises dans un communiqué.
En vertu de cet accord restructuré, Sanofi versera à Regeneron 462 millions de dollars, représentant le solde des paiements dus aux termes de l'accord d'origine en immuno-oncologie, et jusqu'à 120 millions de frais de développement pour les deux anticorps bispécifiques retenus (70 millions de dollars pour BCMAxCD3 et 50 millions de dollars pour MUC16xCD3), ainsi que les frais de résiliation des autres programmes faisant partie de l'accord d'origine.
Celui-ci portait, en plus des anti-PD-1, sur des anticorps monoclonaux en phase préclinique dirigés contre PD-L1, le gène d'activation lymphocytaire 3 (LAG3) et la protéine liée au récepteur du facteur de nécrose tumorale induit par les glucocorticoïdes (GITR).
Devaient également être étudiés des anticorps bispécifiques qui ciblent des cancers hématologiques et des tumeurs solides, soit en monothérapie soit en association avec d'autres traitements immuno-modulateurs.
mjl/eh/APMnews

[MJL8PKYBWV]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi