dépêche

 - 

Aggravation de l'hidrosadénite avec l'ablation par micro-ondes

WASHINGTON, 12 février 2019 (APMnews) - L'ablation par micro-ondes, une technique d'ablation thermique utilisée notamment en cancérologie, n'a pas démontré d'efficacité dans le traitement de l'hidrosadénite axillaire légère et l'a même aggravée, dans un petit essai clinique néerlandais.
Dans cette étude randomisée croisée, le Dr Allard Vossen du Centre médical universitaire Erasme à Rotterdam et ses collègues ont voulu évaluer une technique d'ablation non invasive des follicules pileux et des infiltrats cellulaires inflammatoires au niveau des lésions d'hidrosadénite suppurée.
Ils ont testé le dispositif médical Miradry* développé par l'américain Miramar Labs pour le traitement de l'hyperhidrose au niveau des aisselles auprès de 9 patients avec une hidrosadénite suppurée axillaire légère, selon l'article à paraître dans le Journal of the American Academy of Dermatology (JAAD).
Les chercheurs avaient prévu initialement d'inclure 20 patients mais ont interrompu prématurément l'étude en raison des effets indésirables survenus.
Un patient a décrit une très forte douleur lors de l'administration des micro-ondes malgré l'application de plusieurs anesthésiques locaux.
Au total, cinq patients ont présenté une aggravation de leurs lésions au niveau de l'aisselle après traitement par micro-ondes, avec à la fois une augmentation du nombre des abcès et des nodules ainsi que des fistules.
Les lésions étaient actives pendant 43 jours en médiane au niveau de l'aisselle traitée, contre 5,5 jours au niveau de l'aisselle controlatérale non traitée.
Trois mois après le traitement, le score douloureux était de 7 points au niveau de l'aisselle traitée, contre 0 point au niveau de l'aisselle controlatérale.
Ces résultats obtenus sur seulement quelques patients suggèrent que l'ablation par micro-ondes avec le dispositif Microdry* n'a pas de bénéfice clinique et pourrait même être délétère chez les patients atteints d'une hidrosadénite suppurée légère, concluent les chercheurs.
Ils ajoutent que des cliniques aux Pays-Bas ont également rapporté des cas de poussées chez des patients avec une hidrosadénite, traités hors indication homologuée.
(JAAD, vol.80, n°3, p777-779)
ld/ab/APMnews

[LD5PDR392]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi