dépêche

 - 

Chez les diabétiques bien contrôlés, l'intervalle de dépistage d'une rétinopathie pourrait être espacé

(Par François BOISSIER, au congrès de la SFD)
MARSEILLE, 1er avril 2019 (APMnews) - L'intervalle entre deux dépistages de la rétinopathie diabétique pourrait être plus espacé que ce qui est actuellement recommandé chez les diabétiques bien contrôlés sans atteinte rétinienne débutante, suggère une étude francilienne présentée jeudi au congrès de la Société francophone du diabète (SFD) à Marseille.
Jusqu'à présent il y avait peu de données épidémiologiques sur la rétinopathie diabétique en France. L'étude présentée par Pascale Massin du Centre Broca à Paris est basée sur le réseau de télémédecine pour le dépistage de cette pathologie OPHDIAT, déployé en Ile-de-France depuis 2004 et qui dispose d'une base de données de plus de 160.000 examens de dépistage par photographie du fond d'oeil réalisés dans 46 centres (services hospitaliers, centres de santé).
L'objectif était d'étudier l'incidence de la rétinopathie diabétique à 10 ans, ainsi que la progression de la maladie chez les patients présentant déjà une rétinopathie, et de discuter l'impact de ces résultats sur le rythme de dépistage.
Ont été inclus tous les patients ayant au moins deux examens de dépistage entre 2004 et 2017, soit 28.553 patients. Il s'agissait notamment de 6.086 diabétiques de type 1 et 19.659 de type 2.
L'incidence de la rétinopathie diabétique chez les patients qui n'en avaient pas initialement a été de 12% la première année chez les diabétiques de type 1 et 9,2% chez les diabétiques de type 2. A 4 ans, l'incidence annuelle était de 6,3% chez les types 1 et 5% chez les types 2.
L'incidence cumulative à 10 ans de toutes les rétinopathies était de 58,6% chez les diabétiques de type 1 et 46% chez les diabétiques de type 2. Toutefois, l'incidence des rétinopathies nécessitant d'être adressées à un spécialiste ("referable") était respectivement 19,1% et 17%.
Quant à la progression vers une rétinopathie diabétique non proliférante (RDNP) modérée à sévère chez les patients qui présentaient au départ une rétinopathie débutante, le risque était de 14% à un an chez les diabétiques de type 1 et 14,6% chez les diabétiques de type 2, et à 4 ans il était de respectivement 7,7% et 4% par an.
A 10 ans, le risque de progression de la rétinopathie débutante était de 47% dans le diabète de type 1 et 41,9% dans celui de type 2.
Les chercheurs ont étudié les facteurs de risque de rétinopathie et ont constaté qu'il y avait une corrélation avec la durée du diabète et avec le taux d'hémoglobine glyquée. Pour chaque élévation d'un point de l'HbA1c, le risque de rétinopathie augmentait de 18% chez les diabétiques de type 1 et de 14% chez les types 2, et le risque de progression d'une rétinopathie débutante augmentait respectivement de 34% et 27%.
Le risque de rétinopathie commençait d'augmenter au-dessus de 6,5% d'HbA1c.
Les travaux de l'équipe de Pascale Massin pourraient avoir des conséquences sur l'intervalle de dépistage. Les chercheurs ont calculé qu'en absence de rétinopathie initiale, les diabétiques de type 1 avaient une probabilité de 85% de ne pas avoir de rétinopathie diabétique non proliférante modérée ou plus sévère avec un intervalle de dépistage d'environ 7 ans.
L'intervalle était de 8 ans pour les diabétiques de type 2, et dépassait même 10 ans pour ceux qui avaient une HbA1c inférieure à 7,5% et n'étaient pas sous insuline.
En revanche, chez les patients qui présentaient déjà une rétinopathie débutante, pour avoir une probabilité de 85% de ne pas progresser l'intervalle entre deux examens était inférieur à un an.
Les recommandations actuelles sont un intervalle de dépistage tous les deux ans en absence de rétinopathie initiale si le diabète est bien contrôlé et tous les ans s'il est mal contrôlé, rappelle-t-on.
Ainsi, "les facteurs de risque tels que la durée du diabète, le contrôle glycémique et le traitement par insuline devraient être pris en compte pour ajuster les intervalles de dépistage de la rétinopathie diabétique", proposent les chercheurs.
fb/ab/APMnews

[FB2PP9XZS]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi