dépêche

 - 

Abaisser le cholestérol chez les diabétiques pourrait augmenter le risque de neuropathie

WASHINGTON, 31 mai 2019 (APMnews) - Un faible taux de cholestérol chez les diabétiques de type 2 semble être associé à une augmentation de risque de neuropathie périphérique, selon des chercheur allemands dont l'étude, publiée vendredi par JAMA Network Open, soulève des inquiétudes quant aux effets des traitements hypolipémiants.
Le processus métabolique qui conduit au développement de la neuropathie périphérique chez les diabétiques est mal connu. Des études avaient suggéré que l'abaissement de la cholestérolémie aurait un effet positif mais d'autres ont au contraire pointé une augmentation des symptômes neuropathiques et une altération de la régénération axonale, rappellent Johann Jende de l'hôpital universitaire d'Heidelberg et ses collègues.
Ils ont conduit une étude pour en savoir plus, en utilisant une technique d'imagerie par IRM pour étudier précisément l'état des nerfs périphériques. L'étude a inclus 100 diabétiques de type 2.
Les chercheurs ont constaté que les patients présentant une neuropathie périphérique avaient un taux de cholestérol total en moyenne plus bas que ceux qui n'avaient pas de neuropathie (1,75 g/L comparé à 1,97 g/L). De même pour le LDL-cholestérol (0,88 g/L contre 1,13 g/L).
Plus précisément, grâce à la neurographie par IRM, ils ont observé une diminution de la vélocité et de l'amplitude de la conduction nerveuse dans plusieurs nerfs (au niveau du tibia et du péroné) chez les patients dont la cholestérolémie était basse.
Il y avait également plus de lésions dans ces nerfs chez les patients dont la cholestérolémie était basse.
Cette étude est "la première à visualiser in vivo" le fait qu'un taux bas de cholestérol est associé à des lésions nerveuses périphériques dans le diabète de type 2, affirment les auteurs.
Cela pourrait s'expliquer par un fort besoin en cholestérol lors de la régénération des axones et en conséquence une altération de la composition lipidique en cas de cholestérolémie trop basse, conduisant à un mauvais fonctionnement.
Les auteurs s'inquiètent de l'impact potentiel sur le risque de neuropathie des traitements hypolipémiants, et plus particulièrement des nouveaux traitements ayant un effet puissant comme les inhibiteurs de PCSK9. Le risque de neuropathie devra donc être surveillé chez les diabétiques dont la cholestérolémie est fortement diminuée par ces médicaments.
(JAMA Network Open, publication en ligne du 31 mai)
fb/nc/APMnews

[FB1PS9TLY]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi