dépêche

 - 

Phase II positive pour le ruxolitinib en crème dans le vitiligo

MILAN, 17 janvier 2019 (APMnews) - L'inhibiteur de JAK1/2 ruxolitinib (Incyte) en crème s'est montré globalement sûr et efficace dans le traitement du vitiligo (dépigmentation de la peau) au niveau du visage dans un essai clinique de phase II, selon des résultats présentés samedi en session "late-breaking" du World Congress of Dermatology (WCD) à Milan.
Le ruxolitinib est disponible par voie orale (Jakavi*, Incyte/Novartis) dans le traitement de la myélofibrose et de la polycythémie vraie, rappelle-t-on.
Dans une précédente étude en ouvert, ce médicament à 1,5% en formulation topique appliqué pendant 20 semaines a réduit la sévérité du vitiligo au niveau du visage, rappellent David Rosmarin du Tufts Medical Center à Boston et ses collègues dans le résumé de leur communication.
Pour cette étude multicentrique de phase II, 157 patients adultes ont été inclus, présentant des zones dépigmentées sur au moins 0,5% de la surface corporelle du visage et au moins 3% pour le reste du corps. A l'inclusion, les zones dépigmentées étaient en moyenne de 1,5% pour le visage et 22,05% pour l'ensemble du corps, avec un score de sévérité VASI de respectivement 1,26 et 17,95 points.
Les patients ont été randomisés en double aveugle entre l'application d'un placebo topique et le ruxolitinib en crème à 0,15%, 0,5% et 1,5% une fois par jour et à 1,5% deux fois par jour pendant 24 semaines.
A l'issue de l'étude, le critère principal d'évaluation était atteint puisque la part des patients répondant au traitement, c'est-à-dire avec une amélioration d'au moins 50% du score VASI au niveau du visage (F VASI 50), était significativement supérieure avec toutes les doses de ruxolitinib par rapport au placebo, rapporte Incyte dans un communiqué.
Les meilleurs résultats étaient obtenus avec le ruxolitinib à 1,5% appliqué une fois et deux fois par jour, avec un taux de réponse au traitement de respectivement 50% et 45%, contre 3% dans le groupe placebo.
Une amélioration d'au moins 75% du score F VASI a été obtenue par 17% des patients traités par ruxolitinib à 1,5% une fois par jour et 30% deux fois par jour, contre aucun patient dans le groupe placebo.
Aucune trace de vitiligo ou presque (quelques petites taches), selon l'évaluation du médecin (score F-PhGVA de 0 ou 1), était obtenue chez respectivement 13% et 9% des patients, contre aucun.
Le ruxolitinib en crème a été globalement bien toléré à tous les dosages, ajoute Incyte sans donner de détails.
Ces résultats soutiennent la poursuite du développement de ce produit dans le vitiligo en phase III. Une étude débutera d'ici à la fin de l'année, indique la biotech américaine, qui ambitionne de proposer la première spécialité pharmaceutique homologuée dans cette indication.
ld/nc/APMnews

[LD2PT3BHU]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi