dépêche

 - 

Lutte contre le sida dans le monde: un ralentissement des progrès et des financements insuffisants (Onusida)

GENEVE, 16 juillet 2019 (APMnews) - La lutte contre l'épidémie de VIH/sida dans le monde continue d'enregistrer des progrès, mais ceux-ci ralentissent et on note de grands écarts selon les régions du monde, selon le rapport annuel de l'Onusida, qui déplore également des financements insuffisants.
On estime qu'en 2018, 37,9 millions de personnes dans le monde étaient séropositives, dont 23,3 millions avaient accès à un traitement antirétroviral. Il y a eu 1,7 million de nouvelles contaminations, soit une baisse de 16% par rapport à 2010, et 770.000 décès, soit une baisse de 33% par rapport à 2010.
"Les progrès se poursuivent pour atteindre les objectifs 90-90-90", estime le programme des Nations unies. En 2018, "près de 79% des personnes vivant avec le VIH connaissaient leur statut sérologique, 78% des personnes se sachant séropositives avaient accès à un traitement et chez 86% des séropositifs ayant eu accès à un traitement, la charge virale a été supprimée."
Il y a trois fois plus de personnes sous traitement qu'en 2010.
Parmi les autres points positifs, "environ 82% des femmes enceintes séropositives ont maintenant accès aux antirétroviraux, une augmentation de plus de 90% depuis 2010" et cela a entraîné "une réduction de 41% des nouvelles contaminations chez les enfants". Et environ 940.000 enfants de moins de 14 ans étaient sous antirétroviraux dans le monde en 2018, "soit presque deux fois plus qu’en 2010".
On peut également noter que les nouvelles contaminations chez les jeunes femmes âgées de 15 à 24 ans "ont été réduites de 25% entre 2010 et 2018".
Mais parmi les points négatifs, "les progrès ralentissent en matière de réduction des nouvelles infections à VIH, de réduction du nombre de décès liés au sida et d’élargissement de l’accès au traitement", constate l'Onusida.
La courbe du nombre de nouvelles infections chaque année montre qu'après un pic à la fin des années 1990, il y a eu une diminution progressive du nombre de cas annuel, mais la baisse ralentit. De même pour les décès, après un pic en 2004, ils ont diminué mais de moins en moins fortement.
L'agence des Nations unies chargée de la lutte contre le sida rappelle aussi que la situation est "contrastée". Certains pays connaissent des "progrès impressionnants", notamment en Afrique de l’Est et Afrique australe, mais d’autres ont enregistré une augmentation des nouvelles infections à VIH et des décès liés au sida: Europe et l’Est, Asie centrale, Moyen-Orient, Afrique du Nord et Amérique latine.

Il manque 7 milliards de dollars

L'Onusida déplore "l’écart préoccupant qui se creuse entre les besoins et les ressources disponibles". Il constate que "pour la première fois, les ressources mondiales disponibles pour la lutte contre le sida ont considérablement diminué, perdant près d’un milliard de dollars". Les bailleurs de fonds ont moins déboursé et les investissements nationaux n’ont pas augmenté suffisamment pour compenser l’inflation.
S'il y a eu, en 2018, 19 milliards de dollars (en dollars constants de 2016) consacrés à la lutte contre le sida, ce sont "7,2 milliards de dollars de moins que les quelque 26,2 milliards nécessaires d’ici 2020", affirme l'organisme, appelant à doter d'au moins 14 milliards le Fonds mondial lors de la reconstitution de ses ressources en octobre prochain.
Par ailleurs, en matière de prévention, le rapport met en évidence une utilisation insuffisante de la prophylaxie pré-exposition (Prep) (seulement 300.000 personnes y ont eu recours en 2018) et des évolutions trop lentes du côté de la réduction des risques chez les consommateurs de drogues injectables, alors qu'ils constituent une part importante des nouvelles contaminations en Europe de l’Est, Asie centrale, Moyen-Orient et Afrique du Nord.
Il est également "urgent de s’attaquer" aux normes et lois sociales qui portent préjudice aux séropositifs, à la stigmatisation, à la discrimination et à la violence sexiste, exhorte l'Onusida.
fb/nc/APMnews

[FB5PUQJSW]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi