dépêche

 - 

Sanofi relève légèrement ses prévisions pour 2019

PARIS, 29 juillet 2019 (APMnews) - Fort d'un retour à la croissance confirmé, Sanofi a annoncé lundi à l'occasion de la présentation de ses résultats financiers du deuxième trimestre une révision à la hausse de ses prévisions pour l'ensemble de 2019.
Le groupe français table sur une croissance de son résultat net par action "des activités" (c'est-à-dire hors éléments exceptionnels) en hausse de l'ordre de 5% à taux de change constants. L'effet positif des changes devrait être compris entre 1% et 2%.
La précédente prévision était une progression du résultat net par action "des activités" comprise entre 3% et 5%, rappelle-t-on.
Le directeur financier de Sanofi, Jean-Baptiste de Chatillon, a souligné lundi lors d'une conférence de presse téléphonique que Sanofi avait enregistré lors du deuxième trimestre 2019 un quatrième trimestre consécutif de croissance de son chiffre d'affaires.
Il a progressé de 5,5% (3,9% à taux de change constants) à 8,63 milliards d'euros, soutenu par la médecine de spécialité (Sanofi Genzyme), les vaccins (Sanofi Pasteur) et les marchés émergents.

Grosse charge liée au facteur VIII Eloctate*

Le résultat net a en revanche terminé dans le rouge, avec une perte de 87 millions d'euros, à comparer à un résultat net de 762 millions un an plus tôt à la même période. Hors éléments exceptionnels, le résultat net ressort en hausse de 5,3% (4,9%) à 1,64 milliard.
Hors exceptionnels, le budget de R&D a progressé de 7,7% à 1,59 milliard d'euros tandis que les dépenses commerciales et générales ont baissé de 1,5% à 2,46 milliard.
Parmi les éléments exceptionnels du deuxième trimestre 2019, Sanofi a notamment inscrit une charge de 1,84 milliard d'euros pour une dépréciation des immobilisations incorporelles principalement liée au facteur VIII à longue durée d'action Eloctate* dont le chiffre d'affaires aux Etats-Unis déçoit.
Jean-Baptiste de Chatillon a évoqué la "surprise" représentée par le rythme de croissance de son concurrent Hemlibra* (émicizumab, Roche).
Au deuxième trimestre, la franchise maladies hématologiques rares a progressé de 13,2% (7,8%) à 291 millions d'euros malgré un recul de 2,8% (-8%) à 171 millions d'Eloctate* et grâce à un gain de 29,6% (23,5%) à 105 millions du facteur IX Alprolix* à 105 millions. Le groupe français a mis la main sur ces deux médicaments lors de l'acquisition de Bioverativ en 2018, rappelle-t-on.
Parmi les autres éléments exceptionnels inscrits dans les comptes du deuxième trimestre, Sanofi a notamment signalé des coûts de restructuration de 426 millions d'euros "principalement liés aux initiatives de simplification en Europe et aux Etats-Unis" et une charge d'amortissement des immobilisations incorporelles de 559 millions pour la mise à leur juste valeur de société acquises (dont 137 millions pour Bioverativ).
Sanofi rapporte également un produit de 130 millions d'euros qui reflète principalement une baisse des paiements éventuels dus à Bayer pour le traitement de la sclérose en plaques (SEP) Lemtrada* (alemtuzumab), dont le chiffre d'affaires a chuté de 27,4% à 74 millions sous l'effet de la concurrence ainsi que d'un renforcement des contraintes réglementaires en Europe.
Le laboratoire pharmaceutique rapporte aussi un produit net de 317 millions d'euros au premier semestre "principalement lié à un contentieux" non précisé.

Bonne performance de Dupixent*

Au deuxième trimestre, la division Médecine de spécialité (Sanofi Genzyme) a bondi de 26,5% (22,9%) à 2,62 milliards d'euros, portée en particulier par le succès du médicament d'immunologie Dupixent* (dupilumab, avec Regeneron) dont le chiffre d'affaires a été multiplié par 2,8 à 496 millions grâce au gain de parts de marché et à de nouvelles indications dans l'asthme et la polypose nasosinusienne.
Le traitement de la SEP Aubagio* (tériflunomide) a gagné 15,3% à 466 millions d'euros, compensant le recul de Lemtrada*. La franchise SEP dans son ensemble a gagné 6,7% (2,8%) à 540 millions.
Les médicaments indiqués dans les maladies rares (hors hématologie) ont enregistré une croissance de 9% (8,3%) à 810 millions d'euros avec des hausses de l'ordre de 12% pour le traitement de la maladie de Pompe Myozyme* (alpha alglucosidase) à 234 millions grâce à de nouveaux patients mis sous traitement et celui de la maladie de Fabry Fabrazyme* (agalsidase bêta) à 211 millions soutenu par les bonnes performances sur les marchés émergents.
L'oncologie a crû de 16,8% (14,1%) à 431 millions d'euros, soutenue par un gain de 22,3% à 126 millions de Jevtana* (cabazitaxel).
La division Médecine générale a reculé de 8% (-8,7%) à 3,84 milliards d'euros. L'activité dans le diabète a cédé 5,6% (-7%) à 1,29 milliard sous l'effet d'une chute de 14,9% à 758 millions de Lantus* (insuline glargine) avec un effondrement d'un tiers aux Etats-Unis tandis que Toujeo* (idem) a progressé d'un faible 1,4% à 220 millions.
La franchise cardiovasculaire a atteint 148 millions d'euros (+2,1% en données publiées mais -1,4% à taux de change constants) avec un maigre 66 millions (+6,5%) pour l'hypocholestérolémiant Praluent* (alirocumab, avec Regeneron) pour lequel Sanofi a dû augmenter les remises aux Etats-Unis.
Les autres médicaments de médecine générale ont reculé de 9,8% (-10%) à 2,41 milliards d'euros avec des baisses de 3,2% à 362 millions pour l'anti-agrégant plaquettaire Plavix* (clopidogrel) et de 8% à 347 millions pour l'antithrombotique Lovenox* (énoxaparine), victimes de la concurrence respectivement de génériques et de biosimilaires.
Les ventes de l'activité dans les génériques ont chuté de 36,8% à 254 millions sous l'effet de la cession de la filiale européenne Zentiva.
La division Santé grand public a progressé de 2,5% (1,1%) à 1,14 milliard d'euros.
La division Vaccins (Sanofi Pasteur) a bondi de 25,9% (24,7%) à 1,02 milliard d'euros grâce à un gain de 41,8% à 502 millions pour les produits contre la poliomyélite, la coqueluche et Haemophilus influenzae b, dû à la reprise de la commercialisation et la croissance de Pentaxim* en Chine.
Sanofi signale que son chiffre d'affaires dans les marchés émergents a progressé de 10% (à taux de change constants) à 2,72 milliards d'euros. Les Etats-Unis ont gagné 8,4% à 2,85 milliards et l'Europe a reculé de 7,5% à 2,16 milliards.
eh/sl/APMnews

[EH6PVE1MH]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi