dépêche

 - 

Les formes asymptomatiques de la maladie coeliaque sont dominantes et associées aux mêmes complications

(Par Virginie BAGOUET, à l'ICDS)
PARIS, 6 septembre 2019 (APMnews) - Les formes asymptomatiques de la maladie coeliaque sont les plus fréquentes et elles s'accompagnent des mêmes complications que les formes symptomatiques, a alerté vendredi un spécialiste français lors de l'International Celiac Disease Symposium (ICDS) organisé à Paris.
La plupart des personnes qui adoptent un régime sans gluten le font "sans raison particulière", comme le montre un sondage réalisé aux Etats-Unis dans un contexte d'intérêt croissant pour cette diète. Néanmoins, la maladie coeliaque reste majoritairement sous-diagnostiquée, a souligné le Pr Christophe Cellier de l'hôpital européen Georges-Pompidou (HEGP, AP-HP) lors d'une conférence.
La maladie coeliaque, dont la prévalence est estimée à 1% en France, est l'une des trois maladies associées au gluten avec l'allergie au blé, qui est rare, et l'hypersensibilité au gluten non coeliaque, une nouvelle entité plus fréquente basée uniquement sur un diagnostic d'exclusion.
La maladie coeliaque ou intolérance au gluten est une entéropathie auto-immune induite par le gluten chez des sujets génétiquement prédisposés. Les anomalies génétiques HLA-DQ2 (95%) et/ou -DQ8 (5%) induisent, chez certaines personnes, une atrophie de villosités et une inflammation intestinale. L'atrophie villositaire provoque des problèmes d'absorption nutritionnelle qui peuvent engendrer de graves complications.
L'exclusion du gluten, qui est le seul traitement, s'accompagne d'"une repousse des villosités", a expliqué le Pr Cellier.
On sait aujourd'hui que les tableaux cliniques dits "classiques", avec diarrhée, douleur abdominale, amaigrissement et dénutrition, ne représentent que 10% à 20% des maladies coeliaques, a-t-il précisé.
Les formes pauci-symptomatiques et silencieuses représentent actuellement la majorité des cas diagnostiqués chez l'adulte.
Le Pr Cellier estime que le diagnostic doit être évoqué en cas de symptômes digestifs modérés ou de manifestations extra-digestives tels qu'une augmentation des transaminases, une hépatopathie inexpliquée, une anémie isolée par carence en fer, folates, ou vitamine B12, une aphtose buccale récidivante, des symptômes mimant des troubles fonctionnels intestinaux ainsi qu'une déminéralisation osseuse.
La maladie peut également être recherchée face à des troubles neurologiques et de la reproduction. De plus, il existe un risque accru chez les apparentés au premier degré (10%), chez les patients atteints de dermatite herpétiforme ou d'autres maladies auto-immunes (5% à 30%), d'un diabète de type 1 (5% à 10%), d'une thyroïdite, d'une cirrhose biliaire primitive ou d'un psoriasis, a énuméré le spécialiste.
Il est primordial de ne pas exclure le gluten avant le diagnostic, a rappelé le Pr Cellier. Il repose sur une sérologie anti-transglutaminase, seul test de dépistage remboursé, et une biopsie.
Le gastro-entérologue a mis en garde contre certains tests "farfelus sur le marché" non remboursés et non validés qui peuvent conduire à des évictions alimentaires dangereuses.
Il estime toutefois que les autotests évaluant les anti-transglutaminases peuvent servir de test d'orientation diagnostique.
Que la maladie coeliaque soit symptomatique ou non, les complications qu'elle peut entraîner si le régime n'est pas respecté sont les mêmes: déminéralisation osseuse, maladies auto-immunes, mais aussi tumeurs (sprue réfractaires, lymphome T invasif et adénocarcinome du grêle).
Plusieurs pistes thérapeutiques sont à l'étude, mais pour l'instant, les essais cliniques se sont tous avérés négatifs.
vib/nc/APMnews

[VIB1PXEQR0]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi