dépêche

 - 

L'atropine à faible dose confirme son intérêt dans la myopie chez les enfants

WASHINGTON, 3 janvier 2020 (APMnews) - Le traitement de la myopie chez l'enfant par un collyre d'atropine à faible dose a confirmé son intérêt dans la seconde année de suivi de patients d'une étude randomisée, qui montrait toutefois un effet de la dose, car c'était la plus forte des différentes doses faibles testées qui était la plus efficace.
Ces résultats de l'extension de l'étude LAM sont publiés en ligne par Ophthalmology. Les résultats de la première année de l'étude ont déjà été publiés dans l'American Journal of Ophthalmology (cf dépêche du 20/07/2018 à 17:36).
Les auteurs rappelaient alors qu'une étude avec une dose élevée avait déjà montré l'intérêt d'un traitement par atropine pour ralentir la progression de la myopie. Puis il a été suggéré que des doses plus faibles seraient aussi efficaces. Jason Yam de l'Université chinoise de Hong Kong et ses collègues avaient alors voulu confirmer l'efficacité de doses faibles, mais en comparant quand même différentes doses.
Dans l'étude LAM, ils avaient comparé 3 doses considérées comme faibles (0,05%, 0,025% et 0,01%) et un placebo durant un an. Ils avaient montré une efficacité, qui semblait meilleure avec 0,05%. Ils ont souhaité voir si l'effet était soutenu sur une deuxième année.
Ils ont pu inclure dans cette étude d'extension d'un an supplémentaire 383 enfants (4 à 12 ans) parmi les 438 initiaux. Ceux qui recevaient de l'atropine ont continué, à la même dose, et ceux qui recevaient initialement le placebo sont passés à l'atropine à 0,05%.
Après 2 ans de suivi total, un effet dose-dépendant sur la progression de l'équivalent sphérique était observé. La progression était de 0,55 D avec la dose de 0,05%, 0,85 D avec 0,025% et 1,12 D avec 0,01% (dans le groupe initialement placebo, une évolution de 0,82 D en un an avait été observée; avec l'atropine 0,05% la deuxième année l'évolution n'était plus que de 0,18 D).
De même, les évolutions de la longueur axiale étaient sur 2 ans de 0,39 mm avec 0,05%, 0,5 mm avec 0,025% et 0,59 mm avec 0,01%.
Les auteurs notent qu'avec 0,05% et 0,025% l'ampleur de l'effet était similaire la première et la deuxième année. Avec 0,01%, l'effet a été un peu plus important la deuxième année que la première.
Globalement, "sur 2 ans l'efficacité de l'atropine à 0,05% était le double de celle de 0,01%". Ainsi, 0,05% "reste la concentration optimale parmi toutes les concentrations étudiées pour ralentir la progression de la myopie".
En conséquence, une amélioration de l'amplitude d'accomodation était observée de façon également dose-dépendante: amélioration de 2,05 D avec 0,05%, 1,66 D avec 0,025% et 0,63 D avec 0,01%.
Tous les dosages ont été bien tolérés.
Les chercheurs indiquent que leur étude inclut une troisième phase dans laquelle les patients seront randomisés entre la continuation sur une troisième année de leur traitement, à la même dose, ou l'arrêt. Cela permettra de voir d'une part, si une troisième année de traitement maintient l'effet, et d'autre part, s'il est possible d'arrêter et s'il n'y a pas de phénomène de rebond.
(Ophthalmology, publication en ligne du 21 décembre)
fb/ab/APMnews

[FB6Q3J9JG]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi