dépêche

 - 

H. pylori: une simple bithérapie incluant l'IPP vonoprazan serait plus efficace chez les patients résistants à la clarithromycine

LONDRES, 13 janvier 2020 (APMnews) - Dans les régions où la résistance à la clarithromycine est importante, la bithérapie combinant le nouvel inhibiteur de la pompe à protons vonoprazan (Takeda) et l'amoxicilline serait plus efficace dans le traitement d'une infection à Helicobacter pylori que la trithérapie incluant en plus la clarithromycine, selon une étude japonaise parue dans Gut.
L'infection à Helicobacter pylori provoque gastrites, ulcères gastroduodénaux et cancers digestifs. Elle se traite par une trithérapie standard combinant un inhibiteur de la pompe à protons (IPP) et deux antibiotiques, souvent l'amoxicilline et la clarithromycine. Dans de nombreuses régions néanmoins, cette trithérapie standard n'est plus efficace en raison de l'augmentation de la résistance d'H. pylori à la clarithromycine.
Face à cette problématique, de récentes recommandations internationales préconisent en première intention dans les régions où la résistance d'H. pylori à la clarithromycine est élevée, une quadrithérapie incluant deux ou trois types d'antibiotiques durant 10 à 14 jours. Parmi les inconvénients majeurs: des effets secondaires sévères, un coût élevé et une faible observance. Sans oublier que l'usage de multiples antibiotiques sur une période prolongée augmente le risque de résistance.
L'équipe de Sho Suzuki de l'université Nihon à Tokyo a donc étudié l'intérêt d'une simple bithérapie, incluant le vonoprazan, un inhibiteur de la pompe à protons qui a un effet plus long et plus durable sur l'inhibition de la sécrétion acide que les anciens IPP, et qui permettrait d'éviter d'utiliser la clarithromycine.
Cette étude multicentrique a recruté 335 patients qui ont été randomisés pour recevoir soit une bithérapie, soit une trithérapie. La bithérapie était composée de 20 mg de vonoprazan et de 750 mg d'amoxicilline, deux fois par jour pendant 7 jours. Le second groupe recevait en plus 200 mg de clarithromycine, deux fois par jour pendant 7 jours.
Les chercheurs ont évalué le taux d'éradication d'Helicobacter pylori dans les deux groupes, quatre semaines après la fin du traitement. Ils ont également relevé, par l'intermédiaire d'un questionnaire complété par les patients 14 jours après le début du traitement, la fréquence et la sévérité des effets secondaires, ainsi que l'impact sur la réussite du traitement de la sensibilité ou résistance des patients à la clarithromycine.
Les chercheurs ont montré de manière globale que le succès de l'éradication d'H. pylori était de 84,5% pour la bithérapie et de 89,2% pour la trithérapie.
Mais les résultats étaient différents selon que les patients étaient résistants ou sensibles à la clarithromycine. Chez ceux qui présentaient une résistance à la clarithromycine, soit 24,5 % d'entre eux, les résultats de la bithérapie étaient meilleurs, avec 92,3% d'éradication contre 76,2% avec la trithérapie.
A l'inverse, la trithérapie était plus efficace chez les patients exempts de résistance à la clarithromycine (95,1% d'éradication contre 85,5% avec la bithérapie).
Concernant les effets secondaires, 91,4% étaient considérés comme de faible intensité et la plupart d'entre eux ont disparu spontanément. Quatre patients (deux dans chaque groupe) ont arrêté leur traitement en raison d'effets secondaires, notamment l'apparition d'un rash cutané (seuls effets secondaires à ne pas avoir disparu spontanément), et de diarrhées et nausées.
Les chercheurs japonais estiment donc qu'il serait intéressant de faire de nouvelles études sur cette bithérapie incluant le nouvel IPP vonoprazan associé à l'amoxicilline, qui pourrait avoir un intérêt comme traitement de première ligne quand il y a des risques de résistance aux antibiotiques.
(Gut, publication en ligne du 8 janvier)
vcd/fb/ab/APMnews

[VCD4Q41KK9]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi