dépêche

 - 

L'obésité sévère des mères associée à un risque accru de troubles psychiatriques chez leurs enfants

WASHINGTON, LONDRES, 26 février 2020 (APMnews) - L'obésité sévère chez les mères, diabétiques ou non, est associée à un risque accru de troubles psychiatriques chez leurs enfants, notamment de troubles de déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), selon deux études parue dans le JAMA Network Open et The Journal of Pediatrics.
Des études épidémiologiques et des travaux sur les animaux ont montré que l'obésité maternelle, déjà présente avant la grossesse, est associée à un risque accru de développer un trouble du neurodéveloppement ou un trouble psychiatrique chez les enfants. Un lien a aussi été établi entre la présence d'un diabète chez la mère, y compris avant la grossesse, et ce type de trouble.
Linghua Kong du Karolinska Institutet de Stockholm et ses collègues ont étudié l'impact des différents types de diabète (diabète insulinotraité ou diabète de type 2 non insulinotraité avant grossesse et diabète gestationnel) associés ou non à une obésité maternelle sur le risque de troubles psychiatriques dans la descendance de ces femmes.
Dans cette étude de cohorte publiée dans le JAMA Network Open, les chercheurs ont utilisé les données de registres nationaux finlandais couvrant 649.043 naissances vivantes survenues entre 2004 et 2014. L'indice de masse corporelle des mères avant leur grossesse, les diabètes insulinotraités et de type 2 présents avant la grossesse ainsi que le diabète gestationnel sans traitement à l’insuline ont été extraits.
Au total, 394.302 mères d'âge moyen 30,2 ans ont été recensées. Sur les 647.099 naissances étudiées, 0,62% ont été exposés à un diabète maternel insulinotraité prégestationnel, 0,57% à un diabète de type 2 prégestationnel et 15,18% au diabète gestationnel.
Au total, 5,39 % des enfants ont été diagnostiqués avant l'âge de 11 ans pour un trouble du neurodéveloppement ou un trouble psychiatrique léger (défini par un diagnostic psychiatrique et/ou la prescription de psychotropes).
Globalement, l’obésité sévère chez les mères atteintes de diabète a été associée à un risque accru de troubles psychiatriques chez leurs enfants: les enfants dont les mères présentaient un diabète insulinotraité avant la grossesse associé à une obésité sévère avaient un risque multiplié par un facteur 2,7; ce risque était accru de 97% lorsqu'il s'agissait d'un diabète de type 2 non insulinotraité et de 61% pour un diabète gestationnel, comparativement aux mères de poids normal sans diabète.
Les effets étaient les plus notables pour les TDAH, les troubles de l'humeur, de la conduite et l’autisme.
Le diabète chez les mères de poids normal n’a pas été associé aux troubles psychopathologiques chez leurs enfants.

Pas d'effet de l'obésité paternelle

Ces données sont confirmés par les résultats d'une étude américaine publiée dans The Journal of Pediatrics qui montrent que l'obésité ou le surpoids maternel avant la grossesse (et non paternel) augmente le risque pour les enfants de souffrir d'un TDAH ou de présenter des symptômes d'hyperactivité, d'inattention ou d'impulsivité à l'âge de 7-8 ans.
Cette étude réalisée par les chercheurs de l'Eunice Kennedy Shriver National Institute of Child Health and Human Development (NICHD) à Bethesda (Maryland) a inclus les mères de près de 2.000 jeunes enfants suivis jusqu'à l'âge de 8 ans.
Les enfants dont les mères étaient obèses avant la grossesse ont rapporté environ deux fois plus de TDAH ou de symptômes d'hyperactivité, d'inattention ou d'impulsivité, comparés aux enfants dont les mères étaient de poids normal avant leur grossesse.
Les auteurs estiment que, si ces résultats sont confirmés, les enfants de femmes obèses devraient bénéficier d'un dépistage précoce de troubles psychiatriques afin de pouvoir être pris en charge au plus tôt. Les professionnels de santé devraient aussi conseiller aux femmes en désir de grossesse de perdre du poids et améliorer leur mode de vie en amont de la grossesse, notent-ils.
(JAMA Open Netword, publication en ligne du 7 février; The Journal of Pediatrics, publication en ligne du 14 février)
vcd/fb/nc/APMnews

[VCD4Q69GGM]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi