dépêche

 - 

Glaucome: Glaukos s'apprête à lancer le microstent iStent Inject W*

PARIS, 6 mars 2020 (APMnews) - Glaukos, société spécialisée dans les dispositifs pour le traitement par microchirurgie du glaucome, a présenté mercredi, lors d'une conférence de presse, son nouveau microstent de pontage trabéculaire iStent Inject W*, qui doit être lancé en mai prochain et est destiné à succéder à iStent Inject* qui avait été lancé en 2019.
Ce type de dispositif, implanté dans le trabéculum, permet de créer un passage pour évacuer hors de l'oeil l'humeur aqueuse qui, dans cette maladie, s'accumule -conduisant à l'augmentation de la pression intra-oculaire.
L'année dernière, iStent Inject* était le premier dispositif pour microchirurgie du glaucome à obtenir son inscription sur la liste des produits et prestations remboursables (LPPR) ainsi que son inclusion dans la liste en sus.
Il succédait à iStent*, lancé en 2010 mais qui n'était pas remboursé. Les établissements étant obligés de payer ce dispositif, peu d'implantations avaient été réalisées. De plus, par rapport à iStent*, iStent Inject* a une conception différente qui rend plus facile le geste d'implantation, et deux dispositifs -prémontés dans l'injecteur- sont implantés dans chaque oeil, selon Glaukos.
Quant à iStent Inject W*, il est de conception similaire à iStent Inject*. Gaetan Gicquel, directeur général de Glaukos France, a indiqué qu'il avait une base plus large qui "permet de stabiliser l'implant" et aussi de mieux le visualiser une fois implanté. De plus, l'injecteur a été amélioré.
La commission nationale d'évaluation des dispositifs médicaux et des technologies de santé (Cnedimts) de la Haute autorité de santé (HAS) avait donné à iStent Inject* un service attendu suffisant et une amélioration du service attendu de niveau III. Pour iStent Inject W*, par rapport à iStent Inject*, l'ASA est de niveau V.
Vendu au prix de 1.059,24 €, pour l'injecteur prémonté avec 2 stents, pour un oeil, il a pour indication l'implantation chez des patients ayant un glaucome chronique à angle ouvert de grade léger à modéré mal équilibré ou intolérant aux traitements médicamenteux du glaucome, qui par ailleurs doivent subir une chirurgie de la cataracte par phaco-émulsification.
L'implantation du dispositif allonge de 5-10 minutes (pour chaque oeil) l'intervention par rapport à la chirurgie de la cataracte seule.
L'obligation de réaliser cette intervention à l'occasion d'une chirurgie de la cataracte limite pour le moment le nombre de patients éligibles, estimé entre 3.000 et 4.500 par an.
Lors de la conférence de presse, le Pr Philippe Denis de l'hôpital de la Croix-Rousse à Lyon (HCL) a rappelé que le traitement du glaucome reposait sur des traitements médicaux par collyres pour les formes précoces, puis des traitements physiques comme le laser et pour les formes avancées la chirurgie. Mais c'est une chirurgie lourde avec des risques de complications et d'échec. En alternative sont apparus des dispositifs implantés en chirurgie micro-invasive qui visent à drainer l'humeur aqueuse et ont moins d'effets secondaires.
Lors de la conférence de presse ont été rappelés les résultats de l'étude IDE qui a permis d'obtenir le remboursement. Conduite chez 505 patients randomisés entre une chirurgie de la cataracte seule ou associée à l'implantation d'iStent Inject*, elle a montré qu'avec le microstent 75,8% des patients avaient une baisse d'au moins 20% de leur pression intra-oculaire à 2 ans. Et 85% des patients ne prenaient plus de médicaments.
Interrogé par APMnews sur la possibilité de réaliser l'implantation d'iStent Inject W* hors contexte d'une chirurgie de la cataracte, Gaetan Gicquel a répondu que cela se pratiquait ailleurs, mais en France les données présentées ont été considérées comme insuffisantes par la HAS pour donner le remboursement. Des études sont en cours pour valider cette possibilité.
Interrogé sur le choix entre cette microchirurgie et le laser, le Pr Denis a répondu qu'il y avait peu de données comparatives. L'expérience permettra de mieux comparer les efficacités respectives. Mais en tout cas, "on peut implanter un stent après avoir traité l'oeil par laser, et vice versa. Et cela n'empêche pas une chirurgie par la suite".
Glaukos développe d'autres dispositifs: iStent Supra*, stent différent destiné à atteindre l'espace suprachoroïdien pour créer un flux d'évacuation secondaire; iStent Infinite* (avec 3 stents prémontés sur le même injecteur) pour traiter des glaucomes plus avancés, hors d'un contexte de chirurgie de la cataracte; et iDose*, un implant diffusant du travoprost.
fb/nc/APMnews

[FB4Q6OGP2]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi