dépêche

 - 

Le surrisque de cancer colorectal avec l'obésité éliminé par la chirurgie bariatrique

WASHINGTON, 16 mars 2020 (APMnews) - Chez les personnes obèses, le risque de cancer colorectal après chirurgie bariatrique est le même que dans la population générale, alors que ce risque est augmenté de 34% chez les patients qui n'ont pas subi cette opération, selon une étude française publiée mercredi dans JAMA Surgery.
Si la chirurgie bariatrique s'est révélée efficace pour réduire les comorbidités associées à l’obésité, l'association entre ce type d’opération et le risque de cancer colorectal reste controversée.
Laurent Bailly du CHU de Nice et ses collègues ont étudié cette association au sein d’une étude de cohorte rétrospective multicentrique basée sur des informations fournies par le Système national des données de santé (SNDS) en France.
Au total, 1.045.348 patients obèses morbides (dont l’indice de masse corporelle était supérieur à 35 kg/m2) âgés de 50 à 75 ans sans cancer colorectal au début de l’étude ont été inclus. Parmi eux, 74.131 d’un âge moyen de 57,3 ans avaient subi une chirurgie bariatrique (par pose d’un anneau gastrique, gastrectomie par manchon ou bypass) et 971.217 d’âge moyen 63,4 ans n’avaient pas subi d’opération.
Après un suivi moyen de 5,7 ans, 0,6% des patients opérés (0,7% des personnes opérées par la technique de l’anneau gastrique et 0,5% par l’une des deux autres procédures) ont développé un cancer colorectal alors que ce taux était plus que doublé (1,3%) chez les non-opérés, suivis en moyenne pendant 5,3 ans.
Les chercheurs ont comparé l’incidence des cancers colorectaux dans ces groupes à celle dans la population générale. Alors que les patients opérés présentaient un risque similaire à la population générale, les patients non opérés avaient un risque augmenté de 34%.
Le même protocole a été appliqué pour étudier l’impact de la chirurgie bariatrique sur le risque de développer un polype colorectal bénin. Chez les patients opérés, le risque de développer un polype colorectal bénin était de 3,5% alors qu’il était de 6,8% chez les non-opérés.
Dans une analyse par score de propension, les patients opérés présentaient un risque de cancer colorectal diminué de 32% et un risque de développer un polype colorectal bénin diminué de 44% par rapport aux patients non opérés.
Les auteurs pointent que le risque de cancer colorectal chez les non-opérés est d’autant plus élevé que les patients étaient jeunes: chez les 50-59 ans (plus jeunes patients de cette étude) le risque était augmenté de 80%; il était encore augmenté de 77% chez les 60-65 ans pour n’être augmenté "que" de 12% chez les 66-75 ans, en comparaison de la population générale.
Pour les auteurs, la légère différence de résultats observée entre les procédures de chirurgie bariatrique employées pourrait s’expliquer par une moindre efficacité de l’anneau gastrique à long terme sur la réduction du poids ou sur la correction des comorbidités associées à l’obésité.
Les auteurs estiment enfin que les bénéfices apportés par la chirurgie bariatrique sur le risque de cancer colorectal pourraient être dus à une activité physique retrouvée, des changements hormonaux et la perte de poids.
(JAMA Surgery, publication en ligne du 11 mars)
vcd/fb/sl/APMnews

[VCD2Q7368L]

Testez APM NEWS et profitez de l'intégralité de nos dépêches

30 à 50 dépêches par jour sur les sujets du domaine de la santé

50 000 utilisateurs en France

20 journalistes experts en France et 3 bureaux en Europe

A lire aussi